‘Born here’. Un rap arabe-israélien comme document pour la recherche urbaine

L’intervention de Haim Yacobi Power, Protest and Space, lors du séminaire Villes territoires mondialisations a été l’occasion d’illustrer la variété des matériaux utilisés par les géographes, au service de la problématique de la ville comme lieu d’affirmation du pouvoir dans une perspective toute foucaldienne. Le clip ‘Born Here’ de Tamer al Nafar et du groupe DAM constitue une illustration frappante des enjeux de l’aménagement urbain, entre surveillance et résistance, dans les Mixed Cities israéliennes. Lod est une ancienne ville palestinienne, « judaïcisée » après 1948 mais où la population arabe israélienne augmente régulièrement pour atteindre aujourd’hui 25% de la population, non seulement par croissance naturelle mais aussi par migrations internes, notamment de Bédouins du Negev expropriés de leurs terres et relocalisés dans cette ville.
Or, cette population arabe fait l’objet d’un contrôle étroit et d’une discrimination par les autorités, dans une logique que Haim Yacobi a nommé, avec Oren Yftachel, « urban ethnocracy »1. L’urbanisme israélien est un des moyens de l’imposer. Cela passe par diverses dispositions « neutres » comme le classement en secteur agricole des terres possédés par les Arabes, ou des prescriptions réglementaires très exigeantes, difficiles à satisfaire par les requérants modestes, ainsi que par des dispositifs ad hoc comme un comité chargé de statuer sur les demandes de permis de construire des Arabes israéliens, et qui prend ses décisions sur des bases discrétionnaires2. Tout ceci rend de facto très difficile la construction légale de logements par cette population. On retrouve là des mécanismes qui existent également à Jérusalem-Est, bien mis en évidence notamment par Irène Salenson dans sa thèse (hélas non disponible en ligne). Cela se traduit régulièrement par des destructions de maisons, qui constitue le motif de ce clip, à écouter sans modération.

Haim en a profité pour m’offrir son dernier livre, cosigné avec Erez Tzfadia. Merci à lui!

Tzfadia, Erez, et Haim Yacobi. 2011. Rethinking Israeli space : periphery and identity. Routledge advances in Middle East and Islamic studies ; 20.

This book sheds light on the production of Israeli space and the politics of Jewish and Arab cities. The authors  » postcolonial approach deals with the notion of periphery and peripherality, covering issues of spatial protest, urban policy and urban planning. Discussing periphery as a political, social and spatial phenomenon and both a product and a process manufactured by power mechanisms, the authors show how the state, the regime of citizenship, the capitalist logic, and the logic of ethnonationalism have all resulted in ethno-class division and stratification, which have been shaped by spatial policy. Rather than using the term periphery to describe an economic, geographical and social situation in which disadvantaged communities are located, this critical examination addresses the traditionally passive dimension of this term suggest that the reality of peripheral communities and spaces is rather more conflicted and controversial. The multidisciplinary approach taken by this book means it will be a valuable contribution to the fields of planning theory, political science and public policy, urban sociology, critical geography and Middle East studies.

Notes _____________________
  1. Yiftachel, O., et H. Yacobi. 2003. « Urban ethnocracy: ethnicization and the production of space in an Israeli mixed city’ ». Environment and Planning D 21 (6): 673–694.

    []

  2. voir pour plus de détails

    Yacobi, Haim. 2009. The Jewish-Arab City: spatio-politics in a mixed community. Routledge.

    Yacobi, H. 2004. « In-Between Surveillance and Spatial Protest: the Production of Space of the’Mixed City’of Lod ». Surveillance and Society 2 (1): 55–77. []


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *