Cartographie électorale de la Tunisie

Sous le pseudonyme d’El Kasbah, un facebookien tunisien met en ligne un dossier cartographique et infographique fort intéressant sur les résultats des élections du 23 octobre (accès ouvert).

Basées sur les résultats publiés par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), les données utilisées ne sont pas exemptes de défauts. Seules sont disponibles les nombres de voix sur les partis qui ont obtenus des sièges. Cela fausse la représentation d’un vote très dispersé. Mais l’auteur est conscient de ce problème et propose diverses analyses pour contourner cet écueil.

Les commentaires très nombreux – et les réponses de l’auteur – apportent dans de nombreux cas des compléments utiles. Facebook non plus comme miroir égotique mais comme le meilleur d’un dispositif citoyen et participatif.

J’en extrais deux figures qui, avec leurs commentaires, me paraissent fort instructives.

Le vote pour le parti vainqueur En Nahda apparaît selon El Kasbah comme un vote identitaire plus que révolutionnaire. Ce qui fait référence à la dérive de la campagne électorale où En Nahda a su, selon les observateurs, imposer les questions « identitiaires » (à savoir la question de l’appartenance de la Tunisie à l’Islam, la question de la langue) plutôt que de se centrer sur la nouvelle organisation constitutionnelle ou les enjeux du développement économique et social du pays.

Le Congrès pour la République (CPR) de Moncef Marzouki, opposant de longue durée (en exil) de Ben Ali a obtenu un succès inattendu des médias. Son implantation dans la plupart des régions témoigne d’une campagne plus proche du terrain (voir carte et analyse détaillées).

L’implantation du parti al Aridha al chaâbya (La pétition populaire) est significative au contraire des attentes déçues des régions les plus mal intégrées vers lesquels ce parti avait dirigé sa propagande très populiste. Du reste, l’annulation de la plupart des listes de ce parti pour des malversations et le non respect de la législation (notamment sur le financement) a entraîné à Sidi Bouzid berceau de la révolution et lieu d’origine de Hachmi Hamdi, dirigeant de ce parti et féal de l’ancien régime, de graves émeutes lors de l’annonce de cette décision (voir analyses détaillées).

Les partis « modernes » du centre et de la gauche ont des implantations limitées au nord-est et aux régions urbaines (où ils sont de toute façon minoritaire). Ils ont échoué à prendre en compte les attentes des habitants les plus défavorisés. D’autre part, leur tactique électorale (partir désunis à la bataille) leur a fait perdre beaucoup de voix (voir l’intéressante carte des voix utiles).

Il manque encore, au moment de l’écriture de ce billet, des infographies et cartes relatives à la participation électorale et, plus largement, à la spatialité du système électoral lui-même (nombre de votants par députés par ex.), afin de mieux caractériser les distorsions de la représentation introduite par l’allocation du nombre de députés par circonscription (qui a favorisé, si j’ai bien compris, les régions de l’intérieur, renforçant d’autant la victoire d’En Nahda et la défaite des partis « modernes »). On pourrait aussi discuter, dans la deuxième figure, le choix d’une même gamme chromatique pour représenter des scores incomparables (et deux nuances de rose pour désigner l’attribution ou nom d’un siège en deça de 5%). Mais c’est un détail par rapport à l’intérêt du dossier. Bravo à l’auteur!


2 réflexions au sujet de « Cartographie électorale de la Tunisie »

  1. Eric Verdeil Auteur de l’article

    en complément de ce billet, on lira l’analyse très intéressante de Khiari S., 2011, Tunisie : commentaires sur la révolution à l’occasion des élections, Contretemps, 24 novembre 2011, (consultation le 6 décembre 2011)

  2. Ping : Cartographie électorale de la Tunisie (Rumor) | Géographie des élections | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *