Au(x) pays : espaces familiers, mobilités entravées et lien social autour de la Jordanie

Je participerai Les 4 et 5 novembre 2011 au colloque international organisé par Philippe Bourmaud et Véronique Bontemps à Lyon, avec le Larhra et le GREMMO. J’y représenterai le Pôle Travail Espace Mondialisation (ISH de Lyon).

Argumentaire

En dépit de l’éclatement territorial du Proche-Orient, l’habitude est de désigner tous les territoires de cette région sous cette même appellation générique, en particulier ceux qui sont directement impliqués dans le conflit israélo-palestinien. L’expression restitue le sentiment que cette région, si morcelée soit-elle, reste fortement intégrée culturellement, économiquement et socialement. Cette intégration s’exprime dans un sentiment d’appartenance qui se manifeste par des mobilités de personnes et la construction d’espaces de relations imaginés. C’est ce que nous proposons d’étudier lors du colloque. Il s’agit, dans une perspective pluridisciplinaire,de nous concentrer sur un pays au centre du dispositif étatique régional, la Jordanie ; et d’y étudier spécifiquement le maintien et la recomposition de liens sociaux transfrontaliers, qui contribuent à construire ce que nous appelons des « espaces familiers ».

Très visiblement marquées, hérissées de miradors, et fortement militarisées, les frontières du Proche-Orient constituent des dispositifs imposants de contrôle, d’exclusion, mais aussi de sélection des populations. Un facteur central d’explication du renforcement des systèmes frontaliers proche-orientaux tient au caractère récent des Etats et de la démarcation de leurs territoires. Couplé à une succession de guerres régionales accompagnées de flux de réfugiés, ce processus conduit à une inflation des dispositifs de séparation territoriale et des affirmations de souveraineté. Pour autant, un tel espace ne saurait être cloisonné de façon étanche, et ce pour au moins deux raisons. D’une part,  il est traversé de flux de marchandises et de main-d’œuvre à longue distance. D’autre part, le tracé des frontières régionales a scindé des espaces naguère intégrés socio-économiquement ou par des liens familiaux. Cette intégration n’a pas entièrement disparu mais se trouve actuellement lourdement entravée. Même lorsque de tels liens ont cessé, le tracé des frontières est vécu comme illégitime par une partie non négligeable des populations du Proche-Orient, à commencer par les réfugiés qui l’habitent.

Les études sur la diaspora et le transnationalisme sont nombreuses. Ce n’est pas leur moindre mérite que d’avoir éclairé la première de ces dimensions – les relocalisations à longue distance de communautés, d’intérêts économiques ou d’engagements politiques, jusqu’à exporter des problématiques nationales, par exemple palestiniennes ou libanaises, dans l’ensemble du monde arabe, en Europe ou en Amérique du sud.

Néanmoins, en remettant le passage des frontières et les obstacles à la mobilité au centre de notre interrogation, nous aimerions prévenir une dérive possible des études sur le transnationalisme. A savoir, de masquer la tendance à la clôture des frontières et ses effets immobilisants pour les populations proche-orientales, en attirant l’attention sur ceux qui, eux, réussissent à être mobiles.

Il existe une littérature bien moins étendue sur des micro-mobilités ordinaires et régulières, à l’intérieur d’un espace familier. Le découpage du Proche-Orient à partir de la fin de la Première guerre mondiale, puis la guerre de 1948 en Palestine les ont changées, formellement, en mobilités « internationales ».

L’objectif du colloque est de s’attacher à ce dernier aspect, en prenant pour point d’ancrage le territoire jordanien – territoire qui, pour des raisons historiques et diplomatiques, est à la fois un point de passage obligé pour certaines populations voisines, un Etat soucieux de sa souveraineté et de ses équilibres nationaux internes, et, pour autant, un espace (relativement) accessible à tous les habitants de la région. La Jordanie entretient une relation historique complexe mais étroite avec la Palestine historique et surtout avec la Cisjordanie ; c’est également un pays de co-présence pour des nationalités incompatibles, espace où peuvent se maintenir, se renouer, se recréer – mais jamais à l’identique, des liens sociaux existant dans l’Empire ottoman.

Nous proposons de partir de l’hypothèse que les populations les plus directement et fréquemment confrontées aux frontières construisent dans leur pratique et dans leurs discours des registres distincts de spatialité : un registre de l’institutionnel, qui est peu ou prou intériorisé, qui tourne autour de la séparation des Etats ; et un registre du familier, de l’espace que l’on continue à s’approprier, au quotidien ou par l’imagination, à rebours des frontières institutionnelles.

Ces registres intimes de spatialité ne sont pas constitués sur la base de liens transnationaux, en ce qu’ils relieraient des individus ancrés dans des Etats déjà constitués, des « traditions » ou « identités nationales » distinctes ; mais de liens, au contraire, qui en deçà de la définition des frontières nationales contribuent à la construction de « pays » réels ou imaginaires, lieux de destins partagés.

En vue du colloque, nous suggérons d’étudier en particulier trois dimensions :

–         Les liens transfrontaliers entre Cisjordanie et Jordanie : on s’attachera à analyser la rémanence des liens institutionnels entre les deux rives du Jourdain, mais aussi la place de la Jordanie dans la mobilité des Palestiniens de Cisjordanie occupée, obligés d’emprunter le pont Allenby qui sépare les deux territoires pour se rendre partout ailleurs dans le monde.

On s’intéressera aussi aux mobilités économiques ou familiales, aux modalités de ces mobilités et aux perceptions qui les accompagnent. On se penchera  en particulier sur les  perceptions du « voyage en Jordanie » par les Palestiniens. Celles-ci apparaissent prises dans une tension entre visite d’un « pays frère » et passage obligé plus ou moins pénible, du fait des contrôles policiers ou des obligations familiales qu’il comporte.

On s’interrogera également sur la manière dont le dispositif israélien de contrôle de ces mobilités contraint à des reformulations des pratiques de passages.

Enfin, on se demandera comment les liens avec la Cisjordanie sont envisagés par les institutions et les populations de la Jordanie.

–         Les mobilités du religieux : la Jordanie, en tant qu’Etat, se revendique comme partie intégrante d’une « Terre sainte » rattachée à la Bible, et d’une « Terre sainte » musulmane sur le trajet du pèlerinage de La Mecque depuis Damas. Le pays abrite lui-même de multiples sites d’importance religieuse, qui ne suscitent pas seulement un tourisme international, mais aussi des piétés topiques et des pèlerinages, qui attirent des participants venant d’au-delà des frontières.

Comment s’organisent ces mobilités ? Autour de quels lieux, et avec quelles populations de visiteurs ?  Quelle a été la place de l’espace jordanien dans l’organisation du Hajj, et la Jordanie continue-t-elle d’avoir une importance de ce point de vue ? Comment le facteur religieux est-il articulé aux dispositifs frontaliers de sécurité ? Et comment cette dimension sécuritaire s’intègre-t-elle aux pratiques des pèlerins ?

–         Les horizons du familier : comment, à partir de la Jordanie, envisage-t-on des espaces familiers, et au-delà, des espaces auxquels on se sent appartenir ? Quels effets les frontières ont-elles sur cette construction d’espace, surtout quand elles sont closes ? Deux cas pourront notamment être abordés durant le colloque : celui des Palestiniens installés en Jordanie jusqu’à l’immédiat après-guerre de 1967, et celui des réfugiés irakiens en Jordanie et dans les pays voisins.

Programme

Voir document ci-joint (PDF)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *