L’urbanisation au Liban selon MENAPOLIS/e-Géopolis : les nouveaux périmètres urbains

Dans le billet précédent, j’ai rappelé les principes méthodologiques de l’approche Géopolis et son intérêt pour le cas particulier du Liban. Dans celui-ci, il s’agit principalement de présenter les résultats concernant l’extension de l’urbanisation au Liban, en privilégiant la question de l’extension spatiale. La discussion des données démographiques est laissée au billet suivant. On en tirera quelques observations sur le décalage entre les formes urbaines constatées en 2010 et les instances de gestion existantes au Liban. En troisième lieu, on se penchera sur les tendances d’évolution spatiale de l’urbanisation, tout en relevant les lacunes de la base de données MENAPOLIS/e-geopolis à cet égard. Les résultats seront comparés à ceux des analyses du Schéma directeur d’aménagement du territoire libanais (SDATL), réalisées en 2002 sur des données démographiques de 1997 et des données d’imagerie de 1998.

Extension et formes de l’urbain au Liban en 2010 selon Géopolis

Selon les données de MENAPOLIS/e-Géopolis (fichier PDF), 80,4% de la population libanaise, évaluée à 4,2 millions d’habitants, sont urbains, soit 3,4 millions de résidents dans des agglomérations de plus de 10.000 habitants. Ces urbains se répartissent en 35 agglomérations, dont 4 de plus de 100.000 habitants, dont l’agglomération-capitale Beyrouth friserait les 2 M, 4 entre 50.000 et 100.000 et le reste entre 10.000 et 50.000.  Ces agglomérations urbaines couvrent 864 km², soit environ 8,5% du territoire.

Par rapport à 2000, le gain de population urbaine est de 602.000 habitants. MENAPOLIS dénombre 17 nouvelles agglomérations, ce qui s’explique par une combinaison entre la croissance démographique des « villages » (localités de moins de 10.000 habitants) et la coalescence de plusieurs de ces localités. Ces nouvelles entités urbaines représentent 226.000 résidents. La majorité de la croissance urbaine concerne donc l’extension des villes en banlieue, soit 629.000 nouveaux « banlieusards » sur un total de 2.332.000 environ (dont une partie dans les agglomérations émergentes).

Plusieurs autres caractéristiques apparaissent, grâce aux indicateurs fournis par Géopolis. La population urbaine est à l’évidence très fortement localisée sur le littoral mais les chiffres fournis sont contradictoires : un tableau (p.3) mentionne un taux de 80% de population urbaine sur le littoral, alors que le tableau récapitulatif final donne une valeur de 45% (à l’évidence erronée). Toutefois, en contrepoint, il faut souligner que plusieurs agglomérations littorales s’étendent loin dans la montagne, à commencer par Beyrouth, qui s’étend sur la moitié de la largeur du pays. Toute proportion gardée, cela est vrai également de Chhim ou de Tripoli.

Les périmètres urbains au Liban. Cliquer pour accéder à la Googlemap cliquable et zoomable.

La carte représente en orange les périmètres des agglomérations urbaines. Malheureusement, il n’est visiblement pas possible d’utiliser un widget pour afficher les outils de cartographie de Google dans ce billet. Pour cela, cliquer sur la carte qui vous renverra au site e-geopolis et à la Googlemap explorable.

La carte permet d’observer la répartition régionale de l’urbanisation1 . En premier lieu, l’urbanisation se concentre dans une aire centrale, avec Beyrouth, Saïda et Chhim au sud, Zahleh, Baalbek et trois autres petites agglomérations dans la Békaa. Cet ensemble de part et d’autre du Mont Liban correspond à 67% de la population urbaine libanaise. Le nord, avec l’agglomération de Tripoli et ses satellites forment une autre grosse masse d’un peu moins de 500.000 habitants. Le sud est moins urbanisé, avec deux agglomérations moyennes, Sour (Tyr) et Nabatiyeh.

Urbanisation et gouvernance urbaine

Au total, il est frappant de relever l’extrême digitation de l’urbanisation libanaise, qui correspond à son extension le long des axes routiers. Les exemples de Zahleh, « ville-rue » dans la Békaa, les hauteurs de Chhim, les extensions de Beyrouth, les ramifications de Nabatiyeh ou celle d’Amioun et de Sir ed Danieh pointent une dynamique urbaine qui relève de l’initiative individuelle, valorisant les grands axes de circulation, très faiblement contrôlée et régulée par la puissance publique, ce que Walid Bakhos avait très bien analysé dans un article pour M@ppemonde (Bakhos 2005).

En gros, les extensions urbaines à l'horizon 2030. Cliquer pour la Googlemap.

La mise en évidence de cette extraordinaire croissance spatiale du fait urbain au Liban n’est pas totalement nouvelle. Le SDATL et notre Atlas du Liban (chapitre sur Les mutations spatiales) s’y étaient largement attardés. L’originalité des travaux de Géopolis réside dans les hypothèses de projection spatiale pour les deux décennies à venir (cf. ci-dessus cette carte sur le site e-geopolis). Je ne souhaite pas ici discuter des hypothèses présidant à la réalisation de cette carte (on pourra se référer à titre de comparaison aux exercices menés dans le cadre du SDATL2 ). La tendance est à la conurbation des principales agglomérations existantes, même si les grands ensembles régionaux resteraient séparés (Mont Liban, Nord, Békaa centrale, Sud).

On ne peut ici que renouveler le constat du total décalage entre ces formes urbaines en voie de constituer plusieurs très grandes conurbations et les dispositifs de gouvernance existants. Alors qu’il n’existe pas d’échelon métropolitain pour Beyrouth, les formes de coopération intercommunale déjà mises en place restent étroitement dépendantes du découpage administratif (notamment des limites de cazas) et déterminent des ensembles qui restent plus petits que les principales agglomérations existantes. La carte ci-contre, tiré de notre Atlas du Liban, illustre la situation observée en 2003 en ce qui concerne les fédérations de municipalités. On renvoie par ailleurs pour une analyse détaillée des enjeux locaux de la construction de ces intercommunalités à l’exemple de la banlieue sud de Beyrouth, récemment bien analysé par Jihad Farah (Farah 2011).

Les données de Géopolis mettent bien évidence que le problème de la gestion urbaine est loin de se limiter à Beyrouth et ses banlieues, qui ont été privilégiées par les recherches (cf. billet précédent). Des agglomérations de fait comme Chhim ou le quasi-continuum urbain de la Béqaa central, de Qabb Elias à Brital en passant par Zahleh, défient les représentations communes et dépassent largement les municipalités existantes. En les identifiant dans des périmètres uniques, on fait accéder à l’existence des entités que bien des Libanais auraient du mal à reconnaître comme des villes. En 2002, Chhim avait déjà été identifiée par le SDATL comme Barja-Chhim. Cette divergence de dénomination est en soi un indicateur de la confusion à propos de cette agglomération. Toutefois, il existe bien une fédération municipale de cette région, et donc des formes de solidarité et de mutualisation de moyens (le Kharroub Sud). C’est plus complexe pour l’agglomération centrale de la Békaa, à cheval sur trois cazas et sans fédération municipale (à moins que des évolutions se soient produites depuis 2003).

La difficulté d’une comparaison spatiale rétrospective

Outre le fait de rendre comparable les données d’urbanisation d’un pays à l’autre, le grand avantage de la méthode Géopolis est supposé être la comparabilité des données dans le temps. Pourtant, si l’on en reste à l’analyse des données spatiales, l’absence, dans les informations fournies par Géopolis, de périmètres urbains pour les séries antérieures constitue une sérieuse limite. D’ailleurs, le tableau récapitulatif ne fournit pas de données de surfaces urbaines ni pour 2000, ni pour les années de référence antérieures. Cela pose quand même la question de la manière dont sont effectués les regroupements morphologiques (et donc démographiques) pour ces années. A cet égard, le tableau de bord accompagnant les données est curieusement muet, alors que la méthodologie des calculs démographiques est beaucoup plus détaillée (voir le prochain billet). Peut être est-ce du à la volonté de limiter l’exposé des résultats aux données récentes. Il serait toutefois intéressant que les sources et les méthodes concernant les délimitations pour les années antérieures soient fournies. En effet, la reconstitution de l’évolution des surfaces urbanisées est également soumise à des difficultés majeures du point de vue des sources disponibles, comme nous l’avions souligné en prenant l’exemple de l’extension du Grand Beyrouth, dans un article pour M@ppemonde (Faour et al. 2005).

La principale référence permettant une comparaison avec les données fournies par Géopolis reste l’étude du SDATL (schéma directeur d’aménagement du territoire libanais, Dar-IAURIF, 2002), reposant sur une carte d’occupation des sols établie à l’échelle du 1/20000 sur la base d’une image de 1998. La carte ci-dessous constitue le document cartographique de synthèse.

Structure urbaine du Liban selon le SDATL. (DR) Diffusé avec l'aimable autorisation de F. Awada.

Ce billet ne peut être le lieu d’une comparaison cartographique systématique, surtout que les méthodes de délimitation de deux études diffèrent. Alors que Géopolis retient une méthode purement morphologique, le SDATL avait combiné morphologie et logique fonctionnelle (économie et mobilité), sur la base de « dires d’experts », faute de données adaptées. Le tableau suivant rapproche les surfaces des principales agglomérations en 1998 et 2010. Il fournit, à titre comparatif les données de 1963 calculées par le SDATL. Pour rendre compte de la comparabilité entre la série 1998 et la série 2010, on a donné le nombre d’unité locale (circonscription foncière) en 1998 et 2000, dates auxquelles les périmètres devraient être les mêmes si l’on suivant la même méthode.

Il apparaît dans certains cas de grosses divergences, qui illustrent clairement ces différences de méthode pour les huit premières agglomérations selon le SDATL (par exemple pour Tyr/Sour, Tripoli ou encore Nabatiyeh). A titre uniquement indicatif, on a calculé les taux de croissance spatiale. Tous font apparaître une extension urbaine considérable, de l’ordre du doublement ou du triplement, qui prolonge du reste le très ample mouvement d’urbanisation précédent (sauf Tyr/Sour). Toutefois, les différences méthodologiques évoquées ne permettent guère d’aller au-delà dans l’analyse des données chiffrées.

Surfaces urbanisées (km²)

1963

1998

2010

croissance 1998-2010

nb d’UL en 2000

nb de CF en 1998

 Aire urbaine centrale : Beyrouth et banlieues

85

168

399

121%

241

240+6

8 – Agglo de Jbail

3

13

9 – Agglo de Barja-Chhim

4

17

380

126%

20

17

11 – Agglo de Tripoli

9

21

94

346%

27

19

13 – Agglo de Zahlé

6

11

580

426%

31

31

14 – Agglo de Baalbek

3

9

21

130%

5

7

16 – Agglo de Saïda

4

15

290

96%

19

17

17 – Agglo de Sour

3

9

7

-23%

3

9

19 – Agglo de Nabatieh

4

17

54

218%

19

12

source : SDATL (annexes techniques) / e-geopolis.eu

Conclusion

En conclusion, et dans l’attente d’une comparaison plus systématique des cartes livrées par Géopolis avec celles du SDATL ou celles du Centre national de télédétection du Conseil national de la recherche scientifique du Liban, les informations livrées par Géopolis indiquent une forte diffusion de l’urbain au Liban. L’un des résultats les plus intéressants concerne l’émergence de nouvelles agglomérations urbaines, au nombre de 17. Mais ce sont surtout les extensions banlieusardes qui semblent représenter l’essentiel de la croissance urbaine, notamment dans les périphéries de Beyrouth et dans celle de Tripoli.

On doit cependant regretter l’absence de données précises sur les périmètres urbains antérieures à l’année de référence 2010, qui empêche de baser l’analyse des évolutions sur sur des informations précises et justifiées méthodologiquement. Il faut espérer qu’il est prévu de remédier à cette lacune. Cela constituerait pour la recherche urbaine au Liban (et ailleurs) un apport important. Dans l’état actuel, les données fournies sur le plan cartographique et pour ce qui concerne l’extension géographique de l’urbain, ne constituent hélas qu’une source supplémentaire et non comparable aux autres données existantes.

Les commentaires et réactions sur ces remarques critiques sont bienvenues. Utiliser pour cela la fonction commentaires.

Le prochain billet analysera les données démographiques fournies par Géopolis/MENAPOLIS et en critiquera également certaines incohérences.

Références citées

Bakhos, Walid. 2005. « Le rôle de la puissance publique dans la production des espaces urbains au Liban ». M@ppemonde 80 (4). http://mappemonde.mgm.fr/num8/articles/art05403.html.

DAR-IAURIF. 2003. Schéma Directeur d’Aménagement du Territoire Libanais (SDATL). Phase 1. Diagnostics et Propositions. Rapport définitif. Beyrouth: Conseil du développement et de la reconstruction, janvier.

Faour, Ghaleb, Théodora Haddad, Sébastien Velut, et Éric Verdeil. 2005. « Beyrouth: Quarante ans de croissance urbaine ». M@ppemonde 79 (3): 1-12. http://mappemonde.mgm.fr/num7/articles/art05305.html

Farah, Jihad. 2011. Différenciations sociospatiales et gouvernance municipale dans les banlieues de Beyrouth : à travers l’exemple de Sahel AlMatn AlJanoubi et des municipalités de Chiyah, Ghobeiri et Furn AlChebbak. Université de Liège. http://orbi.ulg.ac.be/handle/2268/94024.

 

Notes _____________________
  1. Mise à jour 28/10/2011 : dans une discussion hier à Beyrouth, Walid Bakhos m’a fait part de ses interrogations sur la fiabilité des images Google, notamment du point de vue datation. En effet, selon l’échelle considérée, les images et les sources varient et il peut arriver que certaines images ne datent pas de 2010. Ce qui évidemment peut poser problème. Il serait intéressant que l’on sache plus à ce sujet []
  2. Mise à jour 28/10/2011 : Walid Bakhos me signale son commentaire qui vient d’être intégré au Tableau de bord Liban. Dans la version que j’ai téléchargée fin septembre, ce commentaire ne figurait pas encore : c’est le signe, très positif, d’une grande réactivité de l’équipe Géopolis. Sur le fond, Walid – qui a été associé à certaines étapes de la réflexion de Géopolis – propose une comparaison des perspectives de croissance à l’horizon 2020-2030 entre Géopolis et le SDATL. Il souligne que la tendance dégagée par Géopolis est à une croissance de l’espace plus vigoureuse mais avec des densités plus faibles – en s’appuyant sur les chiffres de population qui à mon sens sont surestimés (voir ce billet).  []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *