De l’intérêt de la base MENAPOLIS (e-geopolis.eu) pour l’étude de l’urbanisation au Liban

Dans le cadre de mes lectures pour la préparation de ma communication « Délimiter les banlieues de Beyrouth. Noms, périmètres et nombres » au prochain  colloque de la ville aux banlieues à Beyrouth, j’ai pris connaissance d’une nouvelle source estimant l’urbanisation au Liban. Il s’agit des données produites dans le cadre du projet MENAPOLIS, une branche de la base de données Géopolis lancée par F. Moriconi-Ebrard (FME par la suite) depuis près de vingt ans[i]. Certains résultats récents ont été publiés sur le site e-Geopolis, parmi lesquels ceux concernant le Liban (et aussi sur la Jordanie, l’Egypte, la Tunisie et le Maroc). Ces résultats permettent à la fois une mise en jour des données existantes et un renouvellement du questionnement sur l’articulation entre la morphologie urbaine  et la gouvernance urbaine. Mais ils posent aussi des problèmes méthodologiques redoutables, comme à chaque fois qu’on s’intéresse aux questions démographiques au Liban.

Je propose de structurer l’analyse de cette source en trois temps : tout d’abord en revenant sur l’enjeu de la démarche Géopolis, notamment dans le contexte libanais (dans ce billet); ensuite en présentant les résultats de ces nouvelles analyses sur l’urbanisation au Liban notamment en termes d’extension spatiale; puis en discutant les estimations démographiques produites et en questionnant plusieurs choix méthodologiques, dans les deux billets à venir.

La démarche Géopolis : rappel

Revenons tout d’abord sur le projet Géopolis : son ambition, sa méthode et les enjeux de recherche qu’il soulève.

Une mesure internationale standardisée de l’urbain

L’urbain représenterait aujourd’hui plus d’un humain sur deux à l’échelle mondiale, selon les données des Nations Unies. Toutefois, les données dont on dispose pour effectuer ce constat souffre de nombreux problèmes et en particulier, elles sont difficilement comparables tant les définitions nationales divergent dans leurs critères (seuil de population, critère morphologico-démographique ou politique) comme dans la qualité de la collecte ou dans la date de publication.

Face à ces problèmes, l’ambition de FME a été de partir d’une définition simple et robuste de l’urbain, qui puisse être comparable entre les différents pays du monde. Cette définition est la suivante. Est définie comme urbaine toute agglomération (délimitée par un seuil de 200 m d’espaces bâtis) de 10.000 habitants. La base est disponible par pas de temps de 10 ans, ce qui implique un travail de recalage selon une méthode d’ajustement. La construction de cette base de données passe par un important travail de recueil des données démographiques et géographiques (maillages) brutes aux échelons spatiaux les plus fins disponibles (unités locales, telles que les communes en France); un travail d’imagerie visant à délimiter les agglomérations; et un travail statistique de calage dépendant de la qualité et de la disponibilité des données.

La construction de la base a connu ces dernières années une nouvelle étape, grâce au soutien de diverses institutions internationales. Cela s’est notamment traduit par la publication en ligne de parties importantes de ce corpus sur le site e-Geopolis. Je ne rentre pas ici dans une analyse détaillée de ce site. Une de ses originalités consiste en l’utilisation de Google Maps / Google Earth pour visualiser les nouveaux périmètres urbains, ce qui a des avantages (visualisation aisée sans problème de logiciel) mais aussi des défauts (problèmes de récupération et de manipulation de ces données, connaissant les limitations notamment sémiologiques de Google Earth/map).

 

Cliquez pour accéder à l'image zoomable de l'agglomération du Caire en 2010 sur e-geopolis.eu.

Dépasser les définitions idiosyncrasiques de l’urbain : les exemples de l’Egypte et de l’Inde

La publication des données sur certains pays permet d’ores et déjà de comprendre l’intérêt de cette approche et de cette définition standardisée de l’urbain. Dans un grand nombre de pays, dont l’Inde ou l’Egypte sont de bons exemples, la définition de l’urbain est de nature politico-administrative. Un certain nombre d’agglomérations de taille importante ne sont pas comptabilisées comme urbaine. Ainsi, dans les recensements de ces deux pays le taux d’urbanisation est fortement sous-développé. Ainsi, officiellement, en Egypte le taux d’urbanisation officiel est de 47% en 2010 alors qu’il se monte selon Géopolis à 80%! (voir sur e-geopolis l’étude de Hervé Gazel). Les résultats sont de nature similaire en Inde, comme le montre un récent article publié dans Cybergéo par FME avec Eric Denis et Kama Marius-Gnanou que j’ai déjà commenté sur ce carnet (des résultats plus récents sont publiés sur le blog de l’ANR Suburbin).

Ces résultats conduisent notamment à mieux prendre en compte dans les analyses de l’urbain les villes petites et moyennes, souvent méconnues. Ces villes se distinguent par une manque de visibilité institutionnelle et en conséquence un manque de moyens. Il n’est pas du tout certain, par exemple, que le nouveau credo de la Banque mondiale voyant dans les villes le moteur de la croissance, et ses conclusions sur la nécessité de favoriser l’urbanisation plutôt que de la freiner, soit avéré dès ors qu’on prend en considération les petites villes (cf. le dossier dans Cybergéo sur le rapport 2009 de la Banque mondiale et mon commentaire sur la contribution de FME et alii à ce débat).

Au Liban, absence de données sur l’urbain

Dans le cas du Liban, l’intérêt et l’enjeu de la base Géopolis concerne en premier lieu la publication d’une information (le taux d’urbanisation) qui n’est pas produite par les institutions officielles du Liban, en particulier la direction centrale des statistiques, dépendant des services du Président du Conseil (voir son site; par la suite ACS ou CAS en anglais dans la suite et les références). J’ignore d’où provient le taux d’urbanisation du Liban dans les données des institutions internationales comme la Banque mondiale, mais il est certain que cette information n’est pas produite par l’ACS, dont le site est d’ailleurs, malgré sa refonte récente, d’une visite difficile et d’une organisation pas toujours limpide.

Pas de définition de l’urbain

En premier lieu, il convient de noter qu’il n’existe pas de définition claire de l’urbain au Liban. Traditionnellement, l’administration libanaise distingue des villes centres de cazas (districts administratifs au nombre de 26) et de mohafazats (au nombre de 6, et 2 nouvelles annoncées depuis 2003), et leurs banlieues (dans le découpage en sous-caza, cf. fig. ci-dessous). A cela s’ajoutent les villes d’estivage qui ont toujours fait l’objet d’un suivi particulier par l’administration libanaise en raison de leur importance touristique. Depuis les années 1960, l’administration des statistiques identifie également un périmètre dénommé d’abord Banlieues de Beyrouth puis Région métropolitaine de Beyrouth (RMB) à partir de 1983.

Toutefois, ces différentes définitions urbaines sont insatisfaisantes pour plusieurs raisons. D’abord, elles sont inadaptées à la réalité morphologique de l’urbain, notamment depuis les années 1980 et l’urbanisation périphérique qui s’est développée dans le contexte de la guerre civile. Cela a été particulièrement bien montré pour la région métropolitaine de Beyrouth. Diverses études menées au CERMOC avaient bien identifié cet état de fait dès les années 1990 et souligné d’ailleurs son historicité[ii] (Arnaud, 1997, Huybrechts 1997, 2001). Les travaux menés dans le cadre de la préparation du schéma directeur d’aménagement du territoire libanais (2002-2004) pour le compte du CDR par le consortium IAURIF-Dar al Handasah ont bien mis en évidence ce décalage et ont proposé un nouveau périmètre morphologique.

Dans l’Atlas du Liban (2007), nous avons également proposé un autre découpage, partant de la critique de celui existant par l’administration, inadapté à la réalité de l’urbanisation non seulement pour la RMB mais aussi pour les chefs lieux de caza et leurs banlieues. (cf. découpage en sous-cazas dans la figure précédente).

Une politique de diffusion restrictive

Ensuite, la politique de publication des résultats par l’administration des résultats a varié et s’est plutôt dégradée ces dernières années. Ainsi, en 1997, l’ACS a publié l’ensemble des résultats du recensement des immeubles et établissements à l’échelle des sous-cazas. En revanche, les données du recensement de 2004 n’ont été publiées sur le site de l’ACS à l’échelle des cazas (sous un format commode) qu’en 2010. Et encore manque-t-il, inexplicablement, les données concernant deux cazas (Chouf et Aley), rendant cette source pratiquement inutile pour une analyse à l’échelle du pays.

Enfin, et l’on en revient à un problème majeur encore plus fondamental s’agissant des données démographiques au Liban, l’ACS ne publie pas d’informations de population aux échelons géographiques inférieur aux mohafazats. Il n’y a pas eu de recensement de population depuis 1932. Les chiffres de population publiés depuis lors ne sont que des estimations, généralement basées sur des enquêtes par échantillon de type enquête ménage. Ces enquêtes sont calibrées sur le recensement des immeubles et établissements, publié donc en 1997 et 2004. La représentativité des échantillons interdit en fait des estimations localisées considérées comme fiables (voir les résultats des enquêtes ménages de 2004 et 2007 (PDF)).

De surcroît, l’ACS est très réticente à la diffusion de données localisées issues du recensement des immeubles et établissements, arguant de ses statuts et de la protection de données individuelles. Néanmoins, une convention entre administration libanaise entre le CNRS Liban et l’ACS a permis l’obtention de données de 1997, utilisées dans l’Atlas du Liban (CNRS Liban-IFPO) et dans le SDATL duquel le CNRS Liban était partenaire. Dans ce cadre, l’équipe SDATL a procédé à une estimation localisée de la population à l’échelle des circonscriptions foncières en croisant, en gros, la taille des ménages connue uniquement à l’échelle des cazas (données 1996) et le nombre de logements occupés issue du RIE, à l’échelle des CF (voir ici des explications sur cette méthode, reprise dans l’Atlas du Liban). Il est clair que cette estimation localisée de la population posait certains problèmes et de ce fait, a suscité certaines critiques (cf. Henri Chamussy / Liliane Barakat) surtout que les données de population au niveau national elles-mêmes posaient déjà de nombreux problèmes (voir dans l’Atlas du Liban, L’incertitude des chiffres)

Depuis cette expérience basée sur les données de 1997, les nouvelles estimations de population n’ont été livrées qu’à l’échelle des mohafazats. Et même l’échelon de la RMB, présent en 2004, a été abandonné en 2007, au profit de la Dahiyeh, la banlieue sud de Beyrouth. En effet, cette nouvelle enquête visait notamment à fournir une mise à jour des données sur les conditions de vie sur les ménages au lendemain de la guerre de 2006 et était donc centrée sur les zones ayant subi les principaux dommages.

En conclusion, les dernières données de population au Liban, à la fiabilité déjà incertaine, sont livrées à des échelles peu utiles pour appréhender l’urbanisation. C’est ce qui rend les résultats de Géopolis fort intéressants en soi. Le prochain billet sera consacré à un premier examen des données spatiales.


[i] Moriconi-Ebrard, François. 1993. L’urbanisation du monde depuis 1950. Economica-Anthropos.

———. 1994. Geopolis : pour comparer les villes du monde. Economica-Anthropos.

Moriconi-Ebrard, François, et Jean-Paul Hubert. 2000. De Babylone à Tokyo : les grandes agglomérations du Monde. Géophrys (Gap), ISSN 1275-6601. Gap: Ophrys.

 

[ii] · Arnaud Jean-Luc, «Trop grand Beyrouth ? », in Jean-Luc Arnaud (dir.), Beyrouth, Grand-Beyrouth, Cermoc, Beyrouth, 1998, p. 209-227 , [texte intégral : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00423976/fr/]

Huybrechts Eric, 2001, Les extensions urbaines de la région métropolitaines de Beyrouth, Lettre de l’Observatoire sur Beyrouth et la reconstruction, CERMOC, n°13, pp.12-14.

Huybrechts Eric, 1997, Densités beyrouthines, Lettre de l’Observatoire sur Beyrouth et la reconstruction, CERMOC, n°13,pp.14 et suiv.


Une réflexion au sujet de « De l’intérêt de la base MENAPOLIS (e-geopolis.eu) pour l’étude de l’urbanisation au Liban »

  1. Ping : L’urbanisation au Liban selon MENAPOLIS/e-Géopolis : les nouveaux périmètres urbains | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *