Passage à Tripoli (Liban)

Pour inaugurer ces notations, je rends compte dans les prochains billets d’une mission au Liban.

Le 27/9/2009

Départ matinal pour Tripoli dont  je n’ai pas visité la vieille ville depuis plusieurs années. Depuis 2002, le projet CHUD financé par la Banque mondiale et confié aux urbanistes Habib Debs et Jad Tabet, assisté par l’architecte Mousbah Rajab, envisage une transformation importante des espaces publics de la vieille ville. Je n’ai plus le détail du projet en tête mais l’un de ses principes consiste à tenter de rapprocher les deux parties de la vieille ville éventrée par la canalisation du Nahr Abou Ali, après la crue destructrice de 1953. Cet ouvrage surdimensionné, véritable égout à ciel ouvert, vient redoubler une ségrégation sociale très puissante entre le sud de la ville, plus aisé, et la partie de la vieille ville la plus touristique même si elle est appauvrie, et le nord, dont le bâti est très dégagé, notamment à cause des séquelles de la guerre civile et d’une paupérisation encore plus marquée.

p10302283

(Le fleuve Abou Ali, égout à ciel ouvert. Vue de la couverture destinée à aménager un marché – lien entre les deux rives. Les bords de la rivière seront aménagés en surplomb, pour élargir l’espace de promenade. Photo E. Verdeil, 2009)

Sur la colline de Qobbé, une grande opération d’urbanisme a été réalisé par la Caisse des déplacés. 900 logements ont été livrés, en accès à la propriété, selon une architecture imposante qui domine l’horizon. Pour la première grande opération d’habitat « social » au Liban, on semble avoir reproduit les recettes du mouvement moderne. Selon M.R. qui m’en parlait lors de mon dernier séjour, de nombreux défauts de réalisation causent divers soucis et la maintenance laissée à la charge des nouveaux propriétaires les aggravent, par exemple concernant l’entretien des ascenseurs. J’ai l’impression que la façade de ces immeubles a été mitraillée durant les affrontements qui ont opposés ces deux dernières années Baal Mohsen le quartier alaouite, et Bab Tabbané, au bas de la colline, sunnite. Qobbé, plus ou moins entre les deux, a souffert. Peu de recherches traitent de cette transformation majeure du tissu urbain.

p10302391

(En couverture du fleuve, et dans la continuité de l’axe historique de la vieille ville, aménagement des structures fixes pour le marché, dont on voit les installations vermoulues au deuxième plan. Sur la colline, l’opération de la Caisse des réfugiés de Qobbé. Photo E. Verdeil 2009)

En revanche, selon H.D., de nombreux travaux de recherche et d’étudiants s’intéressent au réaménagement de la vieille ville. La réalisation la plus spectaculaire, encore en travaux, est la couverture d’une partie de la rivière canalisée sur environ 300 m pour y construire un marché avec des structures fixes où les marchands ambulants qui occupent les rives du fleuve pourront se redéployer. En même temps, cet équipement a pour ambition de reconstituer le lien entre les deux berges séparées de la ville. Un autre volet du projet consiste en une réorganisation du stationnement. Le boulevard longeant le fleuve permet d’accéder au cœur de la vieille ville en voiture. Sauf que le stationnement est très difficile en raison de l’encombrement, des étals des marchands ambulants etc. L’aménagement de parcs de stationnement aux extrémités de l’aménagement va tenter d’améliorer la situation. Un autre volet du projet consiste à mettre en valeur la vieille mosquée Al-Bortassi en aménageant des gradins vers la rivière et en cassant donc la bordure de la canalisation.

p10302291

(Vue du fleuve vers le sud. La mosquée Al-Bortassi et son jardin qui doit être réaménagé en gradin vers la rivière. Photo E. Verdeil, 2009)

Le projet a apparemment suscité de nombreuses contestations selon H.D. et M.R. Difficile d’y voir clair sans me pencher sur le fonds du dossier, ce que n’ai pas fait. D’une part, les limites mêmes du projet, qui n’intervient que sur l’espace public sans améliorer l’habitat si dégradé et si paupérisé, a constitué un motif récurrent de critique. Les urbanistes ont pourtant tenté d’infléchir la position du position du bailleur à cet égard et un projet de réaménagement d’un ancien khan occupé depuis 1953, en logements sociaux, a été proposé. Sur l’aménagement de l’espace public, les contestations ont été aussi été nombreuses. De nombreux marchands ont voulu profiter des nouvelles installations et la sélection effectuée a semble-t-il été l’objet de surenchères, de pressions, etc.  Dans le contexte des élections de juin, certains députés hostiles à la liste majoritaire ont agité cette question pour rallier à leur cause une partie des habitants ou des marchands. Mais globalement, le projet semble avoir bénéficié du soutien de la municipalité et avance. L’aménagement des espaces publics est même terminé en différents endroits, même si l’exécution laisse H.D. amer car elle n’est pas selon lui à la hauteur de ses préconisations.

p1030245

(L’aménagement des espaces publics dans la vieille ville de Tripoli – Photo E. Verdeil, 2009)

En tout cas, en ce dimanche matin, le souk est très animé et vivant et les différentes rénovations financées par des coopérations bilatérales me semblent réussies, comme au khan al-Khayatin. Elles embellissent la ville. Pourtant, on ne peut pas du tout parler d’une touristification et la fréquentation demeure essentiellement populaire, comme en témoignent les boutiques, orientées vers la consommation courante : alimentaire, y compris pâtisserie, vêtements, quincaillerie, etc.

Changement d’ambiance en retrouvant mes amis A. et S. qui habitent depuis 2006 une villa dans le Koura, le plateau agricole où Tripoli s’étend inéluctablement le long des nouvelles routes. Le paysage change et avec lui, la population. Cette région autrefois grecque orthodoxe devient de plus en plus sunnite. Dans le village où résident mes amis, il y aurait 70 % de musulmans. D’ailleurs, l’union des municipalités de Koura aurait récemment décidé de limiter la constructibilité des terrains agricoles non loties à 5% d’exploitation, afin de limiter le mitage et l’expansion de Tripoli. Il faut dire que le différentiel de prix semble très important et que la ville, notamment les quartiers aisés et de classe moyenne, vers Mina, dans la zone de la foire et sur les plateaux, connaît une flambée immobilière sans précédent qui donne lieu à toutes les spéculations.

p1030256

(Avancée de l’urbanisation dans le Koura, le long des routes principales qu’il faut élargir. Mise en place du recueil des eaux pluviales. Photo E. Verdeil, 2009.)

p1030260

(Le mitage du plateau de Koura – Photo E. Verdeil, 2009)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *