Colloque à Beyrouth : Des banlieues à la ville, espaces et acteurs de la négociation urbaine

Municipalité de Ghobeiri, banlieue sud de Beyrouth (2005)

Je participerai, les 31 octobre- 1er novembre prochains, au colloque « Des banlieues à la ville, espaces et acteurs de la négociation urbaine », organisé par l’Institut Français de Beyrouth et l’Institut Français du Proche Orient, avec le soutien du Fonds d’Alembert.

Présentation

Historiquement, le développement des villes est le résultat de vagues migratoires, suivies de la stabilisation de populations s’installant successivement aux abords des villes, attirées par les possibilités de commercer ou de travailler, ou chassées par les crises, les pénuries ou les troubles. Les faubourgs constituent de nouveaux quartiers progressivement intégrés à la ville. Tandis qu’inversement, les processus de différenciation sociale et économique rejettent certaines catégories vers la périphérie.

Les banlieues populaires, aujourd’hui souvent désindustrialisées, marquées par le chômage et les difficultés sociales, souvent délaissées par les pouvoirs publics, deviennent « la banlieue », « al-dahiyeh » ou « les quartiers », stigmatisés par les uns, glorifiés par les autres, espaces d’exacerbation des difficultés sociales, mais aussi d’expérimentations ou d’innovations urbaines, sociales et culturelles, politiques, parfois remarquables. Alors que ses banlieues se sont très rapidement urbanisées pour former un continuum géographique avec la capitale dès les années 1950, voire avant, on a longtemps étudié l’agglomération de Beyrouth à partir de son centre. Si quelques travaux récents ont commencé à s’y intéresser, il reste beaucoup à faire pour en comprendre les dynamiques sociales et politiques – non seulement en banlieue sud mais dans les autres banlieues de Beyrouth (Ain el-Remmané, Hadath, Furnel-Shebbak, BourjHammoud, Nabaa). Les banlieues sont en effet un espace d’initiatives et d’apprentissage de l’action politique locale. Loin de n’être que le simple réceptacle des logiques politiques nationales et de ses crises, on y trouve une effervescence d’actions et de discours pour fonder un « local » — lui-même en crise dans sa définition — et faire l’« intérêt de la commune ». Le secteur associatif y est riche et fortement présent. Plutôt que d’adopter d’emblée une posture supposant a priori une dualité centre-périphérie, et considérant les banlieues comme l’espace de l’identitaire, le colloque insistera sur les logiques, les outils et les méthodes d’actions des acteurs (municipalités, associations, habitants, commerçants…), leurs innovations et leurs limites.

La rencontre proposée voudrait contribuer à un approfondissement de cette approche, en invitant universitaires, professionnels de l’aménagement et de l’urbanisme, acteurs locaux, élus, ou responsables d’associations, français et libanais, pour confronter leurs analyses et leurs expériences.

Comité d’organisation: Elisabeth Longuenesse, directrice scientifique des Etudes contemporaines (IFPO), Mona Harb, Assistant professor, AUB ; Leon Telvizian, professeur, Institut d’Urbanisme, Université Libanaise

Lieu: BIEL, Salon du Livre Francophone, Salle Shehadeh

 Programme

Premier jour

10 :00              Ouverture

10 :30- 12 : 00            Première séance

La ville vue de la banlieue : un état de la réflexion

Modérateur : à préciser

 Jean-Pierre Frey, Institut d’Urbanisme de Paris

Des banlieues à la ville, Espaces et acteurs de la négociation urbaine, Les termes du débat

Jean-Luc Arnaud, CNRS, UMR TELEMME, Aix-en-Provence

La première explosion urbaine au Moyen-Orient (tournant du XXe siècle)

Mona Fawaz, American University of Beirut

Esquisse d’une histoire révisionniste de la ville

Discussion

Pause café

12 :00-13 :30              Deuxième séance

Les mots de la banlieue

Modératrice : Mona Harb, Assistant Professor, AUB

4. Eric Verdeil, géographe, UMR Environnement Ville Société, CNRS, Lyon

Délimiter les banlieues de Beyrouth. Noms, périmètres, nombres

5. Sylvie Tissot, MCF en sociologie, Université de Strasbourg

L’invention des « quartiers sensibles

13 :30-15 :00              Déjeuner

15 :00- 16 :30 Troisième séance

Espaces publics et équipement urbain : points de vue d’aménageurs

Modérateur : Jihad Farah, Université Libanaise/Université de liège

Olivier Frérot, Directeur de l’agence d’urbanisme de Lyon

Arpiné Mangassarian, Responsable du bureau d’urbanisme de la ville de Bourj Hammoud

Un ingénieur de la municipalité de Beyrouth (à préciser)

17h00-19h00              Quatrième séance

Table-ronde

La place de la culture et de la mémoire dans les dynamiques locales

Modératrice : Caecilia Pieri

Christiane Demontès, maire de Saint-Fons, sénatrice du Rhône, membre du conseil du Grand Lyon

Benoit Marquaille, élu au Conseil régional de l’Ile de France

La directrice du Théâtre de Clamart – sous réserve

Antranik Meserlian, Maire de Bourj Hammoud (ou son représentant)

Edmond Gharios, Maire de Chiyah

Haj Abou Said al-Khansa, Maire de Ghobeiri

Roger Assaf et Hanane Haj Ali, directeurs du Théâtre du Soleil, Tayyouneh (sous réserve)

Une traduction simultanée, de et vers l’arabe, sera assurée pour les deux séances de l’après-midi.

Deuxième jour

Visites de terrain.

Contact et informations : http://www.ifporient.org/node/990


Une réflexion au sujet de « Colloque à Beyrouth : Des banlieues à la ville, espaces et acteurs de la négociation urbaine »

  1. Ping : De l’intérêt de la base MENAPOLIS (e-geopolis.eu) pour l’étude de l’urbanisation au Liban | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *