Tensions foncières à Hadath (banlieue sud de Beyrouth)

Affiche de la municipalité de Hadath enjoignant les propriétaires à ne pas vendre leurs terrains

Hadath, une banlieue de Beyrouth à population majoritairement chrétienne, mais proche de la banlieue sud chiite en fort développement, connaît depuis la fin de la guerre civile une urbanisation importante sur ses terres agricoles. Cette pression urbaine est en bonne partie due à des chiites. L’anthropologue Annie Tohmé y a consacré diverses études à la fin des années 1990 [Tohmé, 1999]. L’Orient-Le Jour a publié à ce sujet un long reportage dans son édition d’hier : Hadath résiste difficilement aux »visées immoblières » du Hezbollah (voir ici ou en PDF). Ce type de polémiques est fréquent au Liban, et n’est pas propre à la banlieue-sud. Au même moment, les députés du 14 mars s’insurgent aussi contre l’occupation d’un bien-fonds de l’Eglise maronite à Lassa dans la région de Jbeil, un village majoritairement chiite de ce caza et agitent la menace de l’établissement d’une tête de pont du Hezbollah, en continuité territoriale avec les zones chiites de la Beqaa. D’ailleurs, dans les années récentes, Walid Joumblatt a également agité le spectre d’une colonisation chiite dans le sud du Chouf, ce qui montre que ce discours n’est pas propre à certaines factions chrétiennes.

Je reproduis ci-dessous une réaction intéressante à cet article de Jihad Farah, auteur d’une récente thèse sur l’urbanisation des banlieues sud et sud-est de Beyrouth.

Cet article est assez typique de la façon la presse libanaise aborde la question de l’immobilier dans les zones pluri-communautaires. Je pense qu’il y a plus d’un facteur qui font qu’on s’intéresse à la question aujourd’hui:

1. Le retour des grands partis communautaires chrétiens après 2005 et leur compétition pour la prééminence politique au sein des communautés chrétiennes

Comme d’habitude le moyen le plus rapide de le faire c’est de s’ériger en « défenseur de la communauté » contre les « exactions » des autres communautés. Ce n’est pas nouveau spécialement dans cette zone du Sahel. Déjà dans les années 70, Hadath avait la plus grande permanence Kataëb dans la région (900 affiliés à Hadath). Un des principaux aspects de sa réthorique à l’époque face à ses opposants locaux prinicipalement les Chamounistes et PSNS était la surenchère communautaire et « libaniste » face aux palestiniens des camps de Bourj AlBarajné et Chatila. Mohammad Abi Samra (du Nahar) rapporte dans une série d’articles – bien que sous la forme de « récits de vieilles personnes originaires de la région » – comment Haret Hreik qui ne connaissait pas dans l’avant-guerre une forte implantation Kataëb s’est retrouvée prise en étau dès 1969 entre les milciens Kataëb venant de Hadath et les factions palestiniennes des camps. Que se soit au début de la guerre avec les Kataëb ou plus tard avec le général Aoun, Hadath a toujours été présentée,  comme Aïn AlRemméné, par les partis communautaires chrétiens comme un “rempart face aux chiites”. L’après-guerre a propulsé à l’avant-plan de nouveaux acteurs à Hadath notamment Elie Hobeika et le député Dakkach. Ce dernier surtout avait une position moins radicale et a cherché à développer des ponts entre les deux parties de la ligne de démarcation notamment à Hadath et Haret Hreik. A Haret Hreik c’est lui qui parraina l’accord entre le Hezbollah et les clans familiaux chrétiens pour les élections municipales de 1998 (un accord qui tient toujours, puisque repris par les Aounistes). Ainsi pour les Forces Libanaises et les Kataëb après 2005, le retour en force ne peut se faire qu’en se présentant comme les défenseurs de la communauté face aux chiites – surtout qu’Aoun a réussi à remporter une grande victoire électorale en s’attaquant à « la mainmise des sunnites sur le pays » via l’ex-president du conseil des ministres Saad Hariri et son movement du Futur. Toutefois ce qui est surprenant – mais pas vraiment – dans le cas de Hadath c’est que la municipalité est tenue par les Aounistes, alliés du Hezbollah, et c’est eux qui lèvent ce slogan qui vise principalement la communauté chiite. Je pense bien que débordé à sa droite, pour se maintenir à Hadath (une base historique de son mouvement), Aoun ne prive pas sa base locale – qui partage largement d’ailleurs les mêmes valeurs que les Kataëb et les FL – de porter un tel discours.

2. La hausse de la valeur foncière dans les cinq ou six dernières années

Une hausse qui fait que cette plaine au milieu de l’agglomération beyrouthine gagne un intérêt capital. On est à l’opposé de la situation autour des années 2000 décrite en détail dans un mémoire de Pierre Minier (2000). Ainsi dans l’après-guerre et après une tentative du conseil municipal de l’avant-guerre, toujours actif, de freiner l' »étalement chiite », à travers un schéma directeur qui restreint les COS et les coefficients d’exploitation à l’échelle de petites maisons – une tentative bloquée après deux ans par le president du parlement Nabih Berri – on change catégoriquement de logique. Minier décrit un marché qui se met en place où les principaux notables de Hadath se trouvent dans une logique de complémentarité avec des promoteurs immobiliers chiites. A cette époque et vu la crise immobilière depuis 1998, la spéculation immobilière était à son plus bas. Hadath n’était pas assez intéressante pour attirer des grands acteurs métropolitains. Toutefois, la vente de terrains permettait aux notables de Hadath de retirer des liquidités pour investir dans d’autres secteurs, et pour d’autres familles chrétiennes qui ont quitté Hadath depuis longtemps ou qui ont payé lourdement le tribut de la guerre, la vente représentait un moyen de refaire sa vie. En fait comme l’explique Minier, beaucoup de gens de Hadath voulaient vendre. Ce n’est pas spécial à Hadath partout au Liban dans les zones qui ont connu les moments les plus difficiles de la guerre, les gens cherchaient à vendre dans l’après-guerre pour se faire une vie. La « singularité » de Hadath c’est qu’elle se trouve près de la banlieue sud et la ligne de demarcation et que les acheteurs sont d’une communauté différente. D’autre part, il est clair que les enjeux ont fortement changé depuis 2000. Comme me l’ont souligné certains de mes interlocuteurs locaux à Chiyah lors de mon travail de terrain pour ma thèse, des entrepreneurs chrétiens cherchent à profiter du boom immobilier de ces dernières années en reprenant les choses en main dans leurs « zones » notamment en mobilisant deux leviers essentiels: les municipalités et le discours communautariste. Toutefois, à Chiyah par opposition à la situation de Hadath, la question ne fait pas l’unanimité chez les partis politiques chrétiens.

3. La banlieue sud connaît dans l’après-guerre une forte densification poussant vers l’étalement

On voit ainsi les quartiers irréguliers se densifier et s’étaler sur les sables. Toutefois la mise en place d’Elyssar et la montée du prix du foncier et de l’immobilier (non-informel) dans cette zone freine l’étalement de la banlieue sud populaire dans ce sens. Clairement Saqi AlHadath, ligne de démarcation de la guerre, comme Sahra Choueifet représentent un horizon possible. Comme le décrivent Mona Fawaz et Hiba Bou Akar, la banlieue sud comprend un grand nombre d’entrepreneurs de tout genre, pas forcément rattachés au Hezbollah, mais aussi pas très loin de ses cercles. Elles décrivent très bien ces stratégies immobilières et notamment à Sahret Choueifet. Cependant un changement de taille arrive avec la guerre de 2006. Beaucoup de ménages de la classe moyenne dans la communauté chiite veulent sortir de la banlieue sud pour des espaces plus sûrs. Et ce n’est même pas forcément des anciens habitants de la banlieue sud, c’est aussi des émigrés d’Afrique qui comme beaucoup d’expatriés libanais voient dans l’immobilier un placement rentable avec la hausse des prix surtout après 2008, ce qui renforce la dynamique d’étalement. La construction bât son plein. Les entrepreneurs chiites passent la ligne de démarcation et construisent dans des zones qu’on imaginait pas avant comme Aïn AlRemméné.

4. La diabolisation du Hezbollah

L' »Orient-Lejour » est clairement un journal fortement ancré dans le camp du 14 mars. Depuis 2005 et surtout dans les trois dernières années, on peut bien voir que quand on traite de questions en rapport  avec la communauté chiite et plus précisemment le Hezbollah, dans ce journal, comme pratiquement tous ceux du 14 mars, on perd tout sens de professionnalisme et on verse dans un discours que je peux pour le moins qualifier de « racisme cru » (on peut voir aussi le cas inversé parfois quand on traite de la communauté Sunnite et du movement du Futur dans ceux du 8 mars). Bien sûr, la communauté chiite comme toutes les communautés est loin de ne comprendre que des anges et la politique du Hezbollah sur nombre de dossiers politiques est bien sûr aussi débatable, mais quand je lis un tel article qui lit les choses avec le prisme communautaire où une communauté est présentée comme un grand méchant loup essayant de déposséder une autre communauté de « ses biens », je suis assez triste. L’article est bien journalistique (dans le sens léger du mot). Il cherche le sensationnel, et ne cherche pas à décortiquer les discours, il utilise les dits pour des faits et surtout il n’essaie aucunement d’avoir une autre version des faits. Je pense que dire « Nous avons tenté d’appeler les responsables du parti pour vérifier l’authenticité des faits. En vain. » est trop facile. C’est d’abord concorder en amont la thèse que le Hezbollah est l’acteur derrière la scène qui avance ces entrepreneurs en pions et qui envoie des gens squatter des terrains. Comme on pourrait retirer des nombreux travaux sur le Hezbollah et sur l’urbanisation de la banlieue sud, ceci est une grotesque simplification. Comme j’ai dit plus haut, les cercles des entrepreneurs chiites ne sont pas forcément très loins du Hezbollah mais ils sont loins d’en être que les pions. L’apât du gain, dans un secteur forcément très rentable, n’a pas de communauté et n’a besoin de s’appuyer sur aucune stratégie politique. Ainsi, je pense que c’est les entrepreneurs que l’auteur devait contacter, et de mon expérience ils sont bien accessibles et ne se privent pas de s’exprimer.

Voilà en gros mes idées sur cet article. Je pense que lire le fait urbain, d’ailleurs comme tout au Liban, hors du carcan communautaire – même si je ne dis pas que la question communautaire n’a pas de poids – n’est pas pour demain dans nos médias, mais j’espère du moins que cela se maintiendra pour la recherche sur le Liban… chose qui n’est pas sûre quand j’entends toujours certains auteurs s’appuyer toujours sur  la communauté comme le référentiel primaire expliquant les phénomènes sociaux au Liban et où toutes les autres variables ne seront que des variables secondaires permettant de comprendre certaines dynamiques… mais dans chaque communauté à part!

Jihad Farah, Université de Liège

Références citées

BOU AKAR H. “Displacement politics and governance: access to low-income housing in a Beirut suburb”, mémoire de recherche en urbanisme à MIT, Cambridge, 2005

FARAH J. “Différenciations sociospatiales et gouvernance municipal dans les banlieues de Beyrouth: à travers l’exemple du Sahel AlMatn AlJanoubi et des municipalité de Chiyah, Ghobeiri et Furn AlChebbak”, Thèse de doctorat en urbanisme à l’université de Liège, Liège, 2011

FAWAZ M. “An unusual clique of city-makers: social networks in the production of a neighborhood in Beirut” in International Journal of urban and regional research, Vol 32.3, sept. 2008, pp. 565-85

FAWAZ M. “Hezbollah as an urban planner? Questions to and from planning theory” in Planning theory, vol 8-4, 2009, 323-334

HARB M. “Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005): de la banlieue à la ville”. Karthala/Ifpo, Paris, 300p

MINIER P. “Jeux et enjeux de la croissance urbaine: la reconquête de la ligne de demarcation à Hadath, banlieue de Beyrouth”. Mémoire de géographie à l’Université François Rabelais, Tours, 2000

TOHMÉ A. « L’urbanisation de la plaine de Hadath à la fin de la guerre :  recompositions sociales à Hay el-Amercan ». In : HUYBRECHTS E, DOUAYHI, ÉD. Reconstruction et réconciliation au Liban. Négociation, lieux publics, renouement du lien social.  Beyrouth : CERMOC, 1999.  p. 45-65.

MàJ le 25/8/2011: voir un nouvel article sur cette question, avec des projets de changement dans le plan d’occupation des sols et donc dans les prix des terrains.


2 réflexions au sujet de « Tensions foncières à Hadath (banlieue sud de Beyrouth) »

  1. Ping : Beirut immobilier | Bestsparkles

  2. Ping : Real Estate in Lebanon - Page 13 - The Orange Room - forum.tayyar.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *