Une thèse sur les municipalités de banlieue à Beyrouth

Le Sahel Al Matn Al Janoubi (c) J. Farah

Jihad Farah, 2011, Différenciations sociospatiales et gouvernance municipale dans les banlieiues de Beyrouth. A travers l’exemple du Sahel AlMatn AlJanoubi et des municipalités de Chiyah, Ghobeiri et Furn AlChebbak, Thèse en art de bâtir et urbanisme, Université de Liège, 562 p.

J’ai participé le 6 juillet à l’Université de Liège à la soutenance de la thèse de Jihad Farah. Elle mérite d’être connue (elle est d’ailleurs accessible en ligne) et voici une version remaniée et enrichie de mon rapport (il ne s’agit donc pas d’un rapport de soutenance mais uniquement des notes préparées pour mon intervention).

C’est avec plaisir et intérêt que j’ai lu ce travail. Plaisir de voir arriver à soutenance l’une des pousses prometteuses du département d’urbanisme de l’UL, à qui nous avons eu l’occasion d’enseigner et avec qui, ultérieurement, j’ai eu d’intéressants échanges scientifiques au laboratoire CERDA. Intérêt, parce que ce texte constitue une contribution riche aux études urbaines, à partir de l’exemple de Beyrouth, une ville qui a suscité de très nombreux travaux. Mais alors que durant les années 1990 et jusqu’à maintenant, la zone centrale de la ville, notamment le centre-ville en reconstruction, a attiré l’essentiel de l’attention, plusieurs travaux publiés ces dernières années ont renouvelé notre regard en proposant une entrée par la périphérie : c’est le cas de Valérie Clerc-Huybrechts dans sa thèse et son ouvrage tiré de celle-ci sur la formation des quartiers de la banlieue sud-ouest (Clerc-Huybrechts, 2008) ; c’est aussi le cas de Mona Harb, qui a étudié la Dahiyeh, la banlieue sud largement vue comme le territoire du Hezbollah (Harb, 2010); c’est la cas également de Mona Fawaz dont la thèse non publiée a été déclinée en plusieurs articles remarquables (voir via Google Scholar) dont j’ai parfois parlé ici. Mona Fawaz et Mona Harb ont également participé à la discussion politique et scientifique sur la reconstruction de Haret Hreik, après la guerre de 2006 (voir ici). Parmi d’autres travaux non publiés sur les banlieues de Beyrouth, signalons ceux de Annie Tohmé-Tabet sur Hadath  (Tohmé, 1999) ainsi que le master de Hiba Bou Akar  (Bou Akar, 2005) sur la lointaine banlieue sud de Choueifate (en ligne). On constate que dans cet ensemble, il n’existe pratiquement pas de recherches ayant porté sur la banlieue est de Beyrouth, à l’exception de ceux sur Borj Hammoud dus notamment à Tristan Khayat (Khayat, 1999 ; Khayat, 2001).

Jihad Farah s’inscrit dans ce renouvelement du regard sur Beyrouth. Il propose une recherche très fouillée sur une zone dénommée le Sahel Al Matn al Janoubi (cf. carte ci-dessus), c’est-à-dire la portion des banlieues de Beyrouth située dans le caza de Baabda, autrement dit les banlieues sud et sud-est de Beyrouth. Il aborde cet espace par la question des municipalités, renouvelant ainsi les perspectives ouvertes dans le livre collectif d’Agnès Favier sur Municipalités et pouvoirs locaux au Liban (Favier, 2001), par la prise en compte de 12 années d’exercice du pouvoir municipal dans cette zone et en particulier dans les municipalités de Chiyah, Ghobeiri et Furn AlChebbak, soit deux municipalités de la zone chrétienne et une de la zone chiite.

La forme

La thèse de Jihad Farah se présente sous la forme d’un fort volume de 537 p. de texte dont 15 planches couleur et une vingtaine de pages de bibliographie et appareil critique. On aurait aimé trouver un index et une liste des entretiens effectués. Une liste des sources primaires aurait du également figurer. L’écriture est vigoureuse et toujours claire, même si l’on aurait pu souhaiter qu’un soin plus attentif soit apporté à l’expression, parfois fautive ou « créative ». Au niveau de la structuration du texte, il manque parfois de transitions et de conclusions intermédiaires, notamment dans la dernière partie. Enfin, il nous semble que la division en chapitres ne rend pas compte du mouvement de la thèse, tant en volume qu’en termes de structuration de l’argumentation. Les quatre premiers chapitres, soit 126 p. constituent en fait à la fois une introduction et une première longue partie conceptuelle et méthodologique, les deux chapitres suivants, de respectivement 222 p. et 171 p., étant deux parties fortement distinctes de l’argumentation, suivie par une conclusion d’une vingtaine de pages.

L’articulation entre les planches et le texte pose problème. En particulier, on regrette que les planches 0 à 6 ne soient pas insérées dans le texte qu’elles sont supposées appuyer. Une partie des illustrations de localisation des lieux ne sont pas référées dans la table des matières ce qui est particulièrement pénible. La légende des cartes ne correspond pas à celles des « chorèmes » et n’est pas fournie. Celle des chorèmes aurait du être disponible au niveau de la planche 7.

Les options théoriques et la stratégie de recherche

Au-delà de ces remarques formelles, il faut se réjouir d’avoir à lire une recherche reposant sur une réflexion approfondie et une théorisation originale et globalement aboutie. Elles permettent, combinée à un travail bibliographique imposant et à une collecte large et raisonnée d’informations de nature diverse, d’aboutir à des résultats fort instructifs.

Le candidat inscrit sa recherche dans les débats sur la différenciation sociospatiale dans la ville contemporaine, et discute en particulier le poids des effets de la mondialisation par rapport à d’autres logiques – politiques ou liées à l’histoire locale. Après une revue – un peu longue – des principales théories en présence dans la littérature anglophone (notamment Dear et Flusty) et francophone (notamment les travaux de Navez-Bouchanine), il choisit un système d’hypothèses astucieux reposant sur une distinction en niveaux – global, ou grands systèmes, national, local – qui lui permet, grâce à la prise en compte des temporalités, d’évaluer la part des différents facteurs de causalité.

L’un des points forts de son approche est d’évacuer la distinction entre villes du nord et villes du sud, les premières où s’appliqueraient par excellence les effets de la mondialisation, les secondes étant travaillées par des logiques d’ordre culturel comme les mobilisations communautaires. Dans cette perspective, Beyrouth n’est pas une exception mais peut être considérée comme un cas révélateur (p.70-71). Cette posture, en rupture avec une bonne partie de la recherche libanaise et internationale sur cette ville et plus largement sur le Liban, est remarquable et doit être saluée. Cela conduit l’auteur à prendre de la distance avec la grille d’analyse confessionnelle dominante dans l’appréhension des faits sociaux dans la région, tout en opérant une utile lecture des principaux paradigmes et travaux qui traitent de cette thématique.

Dans la définition de son objet de recherche, Jihad Farah opère également une lecture rétrospective des principaux travaux sur Beyrouth et la différenciation socio-spatiale (vue à traves le modèle de la ségrégation – Beyhum (Beyhum, 1991) – ou celui de la fragmentation – Davie (Davie, 1994) ). Il s’en distingue par l’hypothèse que Beyrouth constitue aujourd’hui une ville sans centre, ce qui justifie son projet de l’étudier par les périphéries. Il énonce à ce stade une hypothèse forte : « c’est moins par le communautarisme que par l’existence de solides espaces politiques locaux traditionnels, et des économies locales indépendantes de Beyrouth […] que s’établissent dans certaines de ces banlieues des processus de fragmentation urbaine »(p.102). C’est ainsi que le candidat justifie l’intérêt de s’attacher aux municipalités de la banlieue beyrouthine et à leur gouvernance, depuis leur réactivation en 1998. Ce poids du local résulte selon lui d’un héritage du temps long qui, autant que les effets de la globalisation, pèse sur les processus de fragmentation. D’autre part, « la gouvernance locale et la spécialisation économique sont déterminantes dans la définition des trajectoires territoriales différentes entre les entités sociospatiales de ces banlieues », tandis que la la recherche de « la stabilisation du régime municipal est aujourd’hui la rationalité qui domine l’action municipale » (p.108).

La stratégie de démonstration est très clairement explicitée, à travers deux volets. Le premier, diachronique, vise à reconstituer dans l’histoire longue (deux siècles) les mutations physiques et sociopolitiques des banlieues de Beyrouth. Farah énonce pour cela un cadre d’analyse très convaincant, notamment par les critères mis en avant (p.115). Une visualisation graphique – revendiquée comme chorématique – accompagne ce volet de l’analyse. Le deuxième volet est une analyse synchronique portant sur trois municipalités, visant notamment à examiner leur action à travers l’étude des discours et le projet de ville. Les corpus utilisés sont bien présentés mais le choix de ces municipalités et son intérêt ne sont malheureusement pas suffisamment justifiés.

Résultats

Les conclusions des deux parties et la conclusion générale offrent un exposé très clair des résultats de la thèse. La dimension historique des divergences sociospatiales des entités de la banlieue est bien mise en évidence, notamment les différences communautaires, les formes de relations diversifiées avec la capitale et l’impact différencié des projets d’aménagement de l’Etat central. La construction et le maintien sur le temps long de clans familiaux (« ahali », face aux groupes migrants « wafidin », et leurs conflits avec les partis communautaires depuis la guerre civile, sont également bien montrés. L’étude diachronique permet de relativiser le poids de la dimension communautaire dans la construction des fragmentations socio-spatiales, y compris dans la période récente, en insistant sur les facteurs économiques ainsi que sur les jeux d’acteurs familiaux et les divergences d’intérêt.

L’étude détaillée des trois municipalités étudiées montre bien les limitations de leur action, qui s’explique par la faiblesse de leurs moyens humains et financiers et se traduit par leur incapacité à mettre en œuvre des projets d’ampleur pour structurer leurs territoires (bons exemples à Chiyah en particulier). Cette faiblesse des municipalités est également analysée à la lumière de leur difficulté à élargir le cercle de leur soutien vers la population résidente, en raison de l’exclusion des listes des votants en vertu du système électoral libanais, d’une partie importante de la population locale (les migrants). Enfin, l’un des derniers points très intéressants de la thèse est l’étude de la question de l’intercommunalité – la construction de nouvelles unions de municipalités dans la banlieue sud et sud-est, envisagée pour l’ensemble du secteur depuis 1998 mais que la guerre de 2006 et le renforcement des logiques communautaires a fait avorter au profit de la construction de deux unions, l’une sous l’obédience du Hezbollah, et qui pourrait devenir un nouvel outil d’action locale visant à consolider ce « territoire idéologique », l’autre de facto chrétienne mais traversée par de nombreuses divisions.

Jihad Farah termine cette thèse par une réflexion optimiste. Plutôt que de regretter ces limitations de l’action, il valorise les apprentissages en cours et à venir et, plutôt que de déplorer une complexité institutionnelle et politique qui de fait, entrave les municipalités dans les rêts des conflits confessionnels ou géopolitiques surplombant, il fait l’éloge de cette multiplicité de liens et de contraintes, qui recomposent les intérêts et obligent à des compromis qui sont autant d’occasions d’ajustements et de prise en compte de l’altérité. Il écrit très justement, dans les dernières lignes de sa recherche, à propos des perspectives d’action ouvertes par les nouvelles unions municipales :

« Nous pensons que la solution – si solution il y a – est à chercher ailleurs. Une importante entrée serait la multiplication des cadres et de leurs échelles. En fait, multiplier les cadres c’est amoindrir leur portée conflictuelle. La complexité en elle-même est une façon de déconstruire les conflits et de multiplier les canaux de négociation. Dans la complexité, la polarisation devient moins évidente. La complexité est en elle-même une importante ressource pour les acteurs en difficulté; elle leur permet de se replier sur une échelle et de s’y développer lorsque d’autres échelles leur sont inaccessibles. Une complexification de l’espace politique par la multiplication de ses arènes géographiques et sectorielles nous paraît utile. L’articulation de ces arènes ne peut se faire dans une logique télescopique hiérarchisée, mais par une logique de spécialisation et de diversification » (p.538).

Éléments de débat

Autonomie socio-économique des banlieues par rapport à Beyrouth?

L’intérêt de ces résultats ne doit pas masquer certaines faiblesses de l’analyse, ce qui me conduit à mettre en débat plusieurs points. En premier lieu, il me semble que le retour en arrière historique est trop détaillé pour tout ce qui relève du XIXème siècle, voire du Mandat. Une écriture plus synthétique aurait été nécessaire. Par ailleurs, dans cette section, qui repose une mobilisation de sources secondaires, on aurait aimé que les travaux utilisés (dont le nombre est très important) soient mieux référencés alors qu’ils ne le sont que de manière allusive et ponctuelle. Surtout, il aurait été nécessaire que les points débattus ou mal connus soient identifiés comme des problèmes historiographiques. Un des résultats avancés nous paraît contestable : l’idée que la banlieue aurait toujours eu une autonomie économique[1]. D’une part, ceci n’est pas montré, notamment parce qu’il n’y a pas d’analyse spécifique consacrée à l’économie. D’autre part, il nous semble surtout que sur le vingtième siècle, c’est précisément au contraire à un mouvement de mise en dépendance à laquelle on assiste. Un examen de la propriété foncière aurait été ici crucial, mais il manque. De même, l’affirmation que la période post-reconstruction se caractérise par une mobilité intense qui relativise les cloisonnements communautaires n’est pas démontrée et paraît exagérée. Même si elle est plus forte que durant la guerre civile, la mobilité dans les banlieues de Beyrouth reste très contrainte notamment par l’absence de transports collectifs efficaces.

Une modélisation chorématique à pousser

Extrait de la planche Interdépendances territoriales et différenciation socio-spatiale (p. 344) - (c) J. Farah

Ensuite, la représentation graphique des évolutions pose problème. Elle est revendiquée comme une chorématique. Mais celle-ci est mal définie car elle ne saurait être une « alternative » à la cartographie. Au contraire, elle en est un prolongement par généralisation en vue d’identifier des structures élémentaires de l’espace et de combiner ces dernières. Deux difficultés se posent alors. La première a trait au caractère très stylisé de la cartographie qui précède l’étape de la généralisation par des chorèmes dans cette thèse. Il aurait au contraire été souhaitable de réaliser des cartes appuyées sur les quelques sources existantes (notamment pour la topographie, l’extension de l’urbain et les limites administratives). Pour la démographie confessionnelle, le travail a partir des données historiques existantes, du recensement de 1932, de l’Etat-civil dans les années 1960  – avec une discussion critique – aurait également permis de donner une assise plus fiable au travail. De même pour l’économie, le recours à quelques données, forcément disparates, aurait été préférable. Quant aux « chorêmes », on ne discute pas l’intérêt de la mise en parallèle des cinq séries de schémas mais le fait qu’elles restent en parallèle ne permet pas d’aller au bout de la démarche de modélisation, c’est-à-dire de représentations de causalités pour expliquer la fragmentation. Seul le texte effectue en réalité ce travail, sans exploiter réellement l’apport de cette « chorématique » qui de fait reste un peu extérieure à la démonstration. Pourtant, représenter les articulations et désarticulations entre les différentes municipalités était un beau projet, finalement non incarné par cette graphique. Il aurait sans doute fallu introduire une symbolique portant sur les liens, ce qui n’est pas fait (en décalage avec le beau programme établi p.115).

Prendre en compte la deuxième couronne de banlieue

Un autre point de discussion a trait à l’articulation entre les deux grandes parties. Celle-ci nous paraît insuffisamment argumentée. Comme on l’a déjà dit, la justification du choix des trois communes objets de l’analyse dans la troisième partie aurait du être apportée ici. On remarquera que l’inclusion d’une commune comme Hazmieh ou Baabda aurait permis de mieux mettre en évidence, à l’échelle locale, les enjeux de fragmentation socio-économique et ainsi, d’aller dans le sens de la thèse.

Une mise au point manquante sur les dynamiques institutionnelles des municipalités au Liban

Concernant la troisième partie, on signalera plusieurs points manquants dans l’analyse qui aurait permis de la sustenter. Une présentation des dynamiques territoriales, partant d’un bilan des données élémentaires (population résidente, population inscrite par confession, économie, évolution spatiale du tissu urbain) manque gravement et pèse sur l’analyse. Les éléments de cette présentation étaient peu difficiles à mobiliser. En second lieu, il manque également une présentation du cadre institutionnel des municipalités au Liban et des contraintes pesant sur leur action. Une analyse même élémentaire des budgets des municipalités et de leurs moyens humains était également nécessaire, pour comprendre les enjeux et les projets de l’action municipale. Ces éléments étaient également facilement mobilisables à notre sens. Si l’étude des discours municipaux et des sphères d’acteurs gravitant autour est menée de manière convaincante, quoique selon un plan d’exposition très analytique qui aurait gagné à être synthétisé, la compréhension de l’action municipale aurait bénéficié d’être enrichie par l’analyse plus détaillée des enjeux territoriaux, sociaux et politiques d’un ou deux projets. Il aurait pu s’agir par exemple du projet résidentiel sur la ligne de démarcation à Chiyah ou d’une révision de schéma directeur (outil réglementaire qu’on découvre dans le chapitre conclusif de la deuxième partie, un chapitre très instructif et convaincant d’ailleurs).

La notion de régime municipal en question

On terminera ces remarques par deux points plus critiques. Le premier est le caractère à notre avis peu convaincant de la notion de régime municipal importé de Stone (Stone, 1989). En effet, le passage à l’échelle locale par rapport à son contexte usuel d’utilisation est loin d’être évident même si quelques auteurs y ont déjà eu recours. Ce changement d’échelle limite très fortement la diversité des acteurs pris en compte et la diversité de leurs intérêts. D’autre part, cette conceptualisation souffre aussi ici d’un insuffisant approfondissement des logiques d’intérêt des principaux acteurs de la gouvernance municipale. Si l’on voit, à propos du Hezbollah à Ghobeiri, les « desseins » politiques du projet urbain, les motivations des acteurs municipaux à Chiyah et Furn ech Chebbak sont beaucoup plus opaques. Par exemple, les enjeux fonciers ne sont pas du tout analysés concernant la ligne de démarcation ou le boulevard Michel Zakkour, ou encore dans les zones concernées par les changements de COS à Tahwuitat al Nahr. On regrette à cet égard que Jihad Farah n’utilise connaissent pas les travaux de Mona Fawaz sur le secteur de Hay Al Sulum (constitution d’une classe « clique » de promoteurs impliqués dans le développement urbain (Fawaz, 2008)) qui permettent de comprendre la construction sociologique et politique d’un groupe qui pèse sur l’action locale.

Population inscrite et population résidente

Le deuxième a à voir avec les relations de l’acteur municipal avec la population locale. Certes, l’auteur explique bien que la division de la population entre résidents et inscrits constitue une limite majeure de l’action municipale. Ceci constitue en même temps une condition du maintien du pouvoir des clans municipaux – et favorise peut être aussi d’ailleurs l’implantation des partis « idéologiques » (FL, CPL, Hezbollah) qui se posent comme les seuls défenseurs d’une population immigrante sans ancrage. Une analyse précise de ces enjeux, y compris depuis les années d’avant guerre, à travers les manipulations des listes électorales, les choix d’inscription de certains groupes migrants et non d’autres, et les formes de la mobilisation locale est la grande lacune de la thèse à mon avis. L’auteur le pressent bien à propos de la territorialisation de l’action municipale à Furn ech Chabbak, à travers l’opposition entre Aïn el Remané et les autres quartiers. On aurait pu questionner le cas spécifique de Ghobeiri où la population non inscrite vote pour le « même » acteur politique (le Hezbollah) au village d’origine que celui qui est élu dans la banlieue, avec par conséquent l’hypothèse d’une déterritorialisation partielle dans le contexte de l’affiliation partisane (voir sur cette question les analyses très intéressantes de Mona Harb, 2010 ).

Ces critiques ne remettent toutefois nullement en cause l’intérêt global et l’originalité de ce travail. Ces points pourraient constituer des éléments en vue d’une réarticulation et d’une valorisation de la thèse sous forme d’articles ou d’un petit livre, ou encore en vue d’approfondissements lors de recherches futures.

Références citées

BEYHUM N. Espaces éclatés, espaces dominés : étude de la recomposition des espaces publics centraux de Beyrouth de 1975 à 1990. Lille : A.N.R.T, 1991. 3 mf de 420 images p.(Lillethèses ISSN 02941767 ; 0646.12002/91).

BOU AKAR H. Displacement, Politics, and Governance: Access to Low-Income Housing in a Beirut Suburb. Master in City Planning. [s.l.] : Massachssetts Institute of Technology, 2005. 113 p.

FAVIER A. Municipalités et pouvoirs locaux au Liban. Beyrouth : Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain, 2001. 438 p.(Les cahiers du CERMOC, ISSN 1607-0488 ; 24). ISBN : 2-905465-20-4.

CLERC-HUYBRECHTS V. Les quartiers irréguliers de Beyrouth : Une histoire des enjeux fonciers et urbanistiques dans la banlieue sud [En ligne]. [s.l.] : Presses de l’Institut Français du Proche-Orient, 2008. 300 p. Disponible sur : < http://ifpo.revues.org/63 >ISBN : 2351590686.

DAVIE M. F. « Guerres, idéologies et territoires : l’urbanisation récente de la côte libanaise entre Jbayl et Sayda ». geo [En ligne]. 1994,. Vol. 103, n°575, p. 57-73. Disponible sur : < http://dx.doi.org/10.3406/geo.1994.13725 >

FAWAZ M. « An Unusual Clique of City-Makers: Social Networks in the Production of a Neighborhood in Beirut (1950-75) ». International Journal of Urban and Regional Research [En ligne]. septembre 2008,. Vol. 32, n°3, p. 565-585. Disponible sur : < http://dx.doi.org/10.1111/j.1468-2427.2008.00812.x > (consulté le 4 septembre 2009)

HARB M. Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005). De la banlieue à la ville. Paris : Karthala, 2010. 300 p. ISBN : 2811103988.

KHAYAT T. « Borj Hammoud, de l’espace communautaire à l’espace public : croissance d’un quartier commercial ». In : HUYBRECHTS E, DOUAYHI, ÉD. Reconstruction et réconciliation au Liban. Négociation, lieux publics, renouement du lien social.  Beyrouth : CERMOC, 1999.  p. 175-186.

KHAYAT T. « La route de la discorde : construction du territoire municipal et aménagement métropolitain à Borj Hammoud ». In : FAVIER A, ÉD. Municipalités et pouvoirs locaux au Liban.  Beyrouth : Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain, 2001.  p. 207-226. ISBN : 2-905465-20-4.

STONE C. N. Regime politics : governing Atlanta : 1946-1988. Lawrence, Kans : University Press of Kansas, 1989. XIV-314 p.(Studies in government and public policy, ISSN 1556-9438). ISBN : 0-7006-0416-2.

TOHMÉ A. « L’urbanisation de la plaine de Hadath à la fin de la guerre :  recompositions sociales à Hay el-Amercan ». In : HUYBRECHTS E, DOUAYHI, ÉD. Reconstruction et réconciliation au Liban. Négociation, lieux publics, renouement du lien social.  Beyrouth : CERMOC, 1999.  p. 45-65.

 


[1] Par ex. l’idée que la banlieue industrielle d’avant guerre exportait et n’avait pas besoin de Beyrouth semble faire l’impasse sur l’origine des capitaux mobilisés comme du fait que la capitale représentait, en population comme un pouvoir d’achat, le principal débouché de l’industrie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *