Libé géographe…

Après les historiens, les philosophes ou les écrivains, Libération ouvre ce matin ses colonnes aux géographes, avec une contribution notable des animateurs des Cafés Géo qui font beaucoup pour l’accès d’un public large aux travaux de la discipline.

J’ai particulièrement apprécié

« OpenStreetMap, le wiki distribue les cartes », sur la fabrication collaborative des cartes de Port-aux-Princes (ici)

Un très bon article sur ce que fabriquer une carte veut dire : ‘La cartographe et le territoire’, par Cécile Marin (ici)

«La Dernière Piste» : le western à l’ouest du calvaire, par MANOUK BORZAKIAN Enseignant à Paris-IV (l’article en version longue ici)

et deux points de vue sur les transformations géopolitiques du Proche-Orient, qui ont pour point commun une réflexion sur les héritages tout au long du XXe siècle des constructions territoriale de l’époque des Mandats, à savoir :

Dans « Changement d’échelle stratégique au Proche-Orient » (mauvais titre à mon avis – de la rédaction?), Yves Lacoste revient sur l’inflexion de la nouvelle politique américaine en faveur de la création d’un Etat palestinien et conclut « Le dramatique paradoxe géopolitique d’Israël est que son territoire internationalement reconnu, celui que les combattants juifs ont sauvé en 1948, ne correspond qu’à la plaine côtière (l’antique pays des Philistins) et que les plateaux qu’ils ont conquis avec Jérusalem en 1967, la Terre promise, vont, qu’ils le veuillent ou non, être reconnus comme le territoire des Palestiniens. » (accès payant) [voir ici mon commentaire sur sa Géopolitique de la Méditerranée]

Quant à Fabrice Balanche, il revient sur les « Alaouites de Syrie: une revanche sur l’histoire » (accès payant) et se risque à prévoir une réactivation d’un Etat des Alaouites en cas de chute du régime Assad. Du même, on lira une très bonne déconstruction de la cohérence du fait communautaire alaouite dans un article pour Outre-Terre.

En lien également avec les révoltes arabes et en particulier la révolution tunisienne, une brève sur la décision de la Mairie de Paris de baptiser une place du 14e arrondissement du nom de Mohammed Bouazizi. Quel cynisme de la part Bertrand Delanoé, longtemps fidèle thuriféraire du régime Ben Ali


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *