Circulations urbanistiques : Ecochard comme pivot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos de :

Avermaete, Tom, et Johan Lagae, éd. L’Afrique, c’est chic : Architectuur en planning in Afrika 1950-1970 = Architecture and planning in Africa 1950-1970. 1 vol. (OASE ; 82). Rotterdam: NAi Uitgevers Pub., 2010.
et
Moussi, Maud, et Elsa Coslado, éd. Trajectoires et transactions des modèles urbains en Méditerranée. Cahiers d’EMAM 20. Tours: CITERES-EMAM UMR 6113, 2010.

On le sait, la thématique des circulations urbanistiques m’est chère, tout autant que m’est cher ce héros-héraut de l’urbanisme que fut Michel Ecochard, architecte-urbaniste qui travailla entre la Syrie, le Liban, le Maroc, le Sénégal et quelques autres pays du « Tiers Monde », sans oublier la France, et notamment la ville de Martigues et sa ZUP rebaptisée Notre-Dame des Marins, dont il fut l’architecte urbaniste. En retravaillant sur un texte consacré au travail d’Ecochard entre Beyrouth et Damas dans les années 1960, j’ai eu le plaisir de faire quelques lectures nouvelles que je signale en passant.

La première est le n°20 des Cahiers d’EMAM (dont j’ai déjà parlé ici), intitulé Trajectoires et transactions des modèles urbanistiques en Méditerranée. Derrière ce titre un peu compliqué mais qui dénote énormément d’ambition, on lira des contributions intéressantes émanant de chercheurs de différentes générations (Daniel Pinson, Jean-Pierre Frey, pour des réflexions en forme de retour sur leurs travaux sur Ecochard, Sert et les lieux de formation à l’urbanisme ; Bénédicte Florin, pour une lecture stimulante des rhétoriques réformistes coloniales autour de la question de l’habitat au Maroc; et Lucy Hobauer et Hakim Cherkaoui, deux jeunes historiens de l’architecture, sur l’architecture moderne au Maroc. Le tout est coiffée d’une érudite introduction de Maud Moussi qui effectue un impressionnant travail de synthèse sur le thème en question, replaçant les textes signalés en perspective par rapport aux travaux portant sur l’histoire de l’urbanisme dans le monde arabe d’une part, et d’autre part par rapport à ceux inscrits dans le champ politiste sur les Policy Transfers Studies. Invité à la table ronde dont est issue ce volume – après des transformations notables que je soupçonnais pas – j’avais décliné la proposition de transformer mon intervention en texte structuré. Je regrette de n’avoir pas fait cet effort car l’ensemble réuni ici est riche et stimulant. Fort heureusement, l’arrivée prochaine de cette revue sur le portail de Revues.org/OpenEdition permettra un meilleur référencement des textes. Curieusement, ce numéro n’est hélas pas encore disponible en téléchargement au format PDF (dans une mise en page un peu dense à mon goût…), contrairement aux précédents. Le numéro est consultable ici.

La deuxième référence intéressante est un numéro de la revue d’architecture néerlandophone (mais en fait bilingue anglais/néerlandais- pourquoi nous ne ferions pas cela nous aussi?) OASE, dirigée par Johan Lagae et Tom Avermaete, et génialement intitulé L’Afrique c’est chic. Dans une perspective d’histoire de l’architecture il s’agit d’une passionnante analyse de travaux d’architectes non seulement européens, notamment français, mais aussi israéliens par exemple, en Afrique sub-saharienne. Dans cet ensemble, l’article de Tom Avermaete sur Ecochard « Framing The Afropolis. Michel Ecochard and the African City of the Great Number » constitue un intéressant écho aux articles de Bénédicte Florin et de Daniel Pinson sus-mentionnés (et évidemment à de nombreux travaux de ce dernier). Son analyse présente le passage d’Ecochard du statut d’architecte-urnbaniste colonial, au service des visées répressives et disciplinaires assignées à l’urbanisme dans le maintien de l’ordre colonial, à celui d’expert transnational des villes en développement, ce qu’il devint après son départ du Maroc pour des missions au Pakistan, au Liban et en Syrie, au Sénégal… Il montre comment ses méthodes d’enquête instaurent un nouveau vocabulaire qui donne à comprendre la ville et les problèmes urbains d’une manière novatrice et qui, selon l’analyse d’Avermaete, contribue d’une certaine manière à dépolitiser l’intervention urbaine en même temps qu’elle constitue un nouveau terrain d’entente entre les protagonnistes (urbaniste, ingénieurs, gestionnaires, politiques, etc.). L’auteur livre également une lecture des fameuses trames 8×8 d’Ecochard qui insiste moins sur leur rationnalité sèche et décontextualisée de solutions économiques au problème de l’habitat du plus grand nombre, que sur la manière dont elles constituèrent une forme urbaine structurante de l’urbanisation future de Casablanca, en particulier comme matrice de densification. Ce n’est pas là forcément un point très nouveau mais la présentation est éclairante (plus que dans l’ouvrage de Cohen et Eleb, l’incontournable introduction à cette ville). Enfin, le dernier point intéressant et à ma connaissance rarement traité, consiste dans l’analyse de la manière dont cet instrument urbanistique fut repris et mis en oeuvre à Karachi (je n’avais jamais rien lu avant à ce sujet) puis à Dakar. M. Ghorayeb avait certes rassemblé des éléments sur ce point (1), mais ils ne furent jamais publiés. Je serai curieux d’en savoir davantage, si de futurs travaux venaient à développer ce point. Gus Massiah et Jean-François Tribillon qui furent des collaborateurs de cette avénture dakaroise, ont-ils livré des souvenirs à ce sujet (2)?

(1) Marlène Ghorayeb, Recherche sur les transferts à l’étranger et modalités de retour des théories et des pratiques urbanistiques ; le cas ECOCHARD, Paris : Laboratoire TMU, URA-CNRS 1244, déc. 1993.- 145 p., plan., phot.

(2)  Thierry Paquot, « Entretien avec Gustave Massiah ». Urbanisme, juillet 2006. http://www.urbanisme.fr/issue/guest.php?code=349.

Une réflexion au sujet de « Circulations urbanistiques : Ecochard comme pivot »

  1. Alexandre Nodopaka Jr. (fils)

    Je suis tellement heureux que 25 ans après la mort de mon père tant est publié à propos de son travail sous Michel Ecochard entre 1948-1955 et par la suite lui meme est devenu Chef d’Urbanisme de Casablanca, Marrakech et du Maroc jusqu’en 1962 quand il a émigré du Maroc àux USA.

    Alex Nodopaka Jr.
    ~~~
    I am so pleased that 25 years after my father’s death so much is being published about his work under Michel Ecochard between 1948-1955 and thereafter him being Chef d’Urbanisme de Casablanca, Marrakech and of Morocco until 1962 when he emigrated from Morocco to the USA.

    Alex Nodopaka Jr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *