Effervescence politique sur fond de tensions sociales et régionales en Tunisie

Ben Ali 2014... en prison (allusion à la pétition pour que l'ex-président se représente à cette date)

Publicité pour le dernier livre de Taoufik Benbrik

Une fresque dans la médina

Depuis 8 jours,  j’ai la chance de circuler dans une Tunisie efferverscente, bruissante de débats politiques qui remplissent la presse ou la radio, ou qui s’improvisent dans les transports en commun entre des gens qui ne se sont jamais rencontrés, dans les taxis, etc. Les murs sont couverts de slogans ou d’expressions diverses célébrant la liberté, comme dans la médina, les librairies sont pleines de livres jadis interdits ou nouvellement parus, qui célèbrent la révolution ou dressent l’inventaire des turpitudes du régime déchu. Bourguiba fait également l’objet de multiples biographies et témoignages, dans des panygériques qui oublient parfois qu’il fut également un dictateur…

Ramassage des ordures à la fin du conflit social à Tunis - 15/4/2011 (c) EV

Une liberté de parole extraordinaire, mais qui va de pair avec une montée des inquiétudes économiques autant que politiques. Le tourisme est à l’arrêt, de nombreuses industries sont fermées, à cause de la baisse des commandes et aussi des grêves qui revendiquent des mesures salariales ou d’emploi que les employeurs ne sont pas prêts à adopter. Dans la fonction publique, on assiste aussi à d’importants mouvements qui portent sur la régularisation d’emplois précaires. Des grèves ont interrompu la collecte des ordures à Tunis, qui s’ammoncelaient au coin des rues le jour de mon arrivée. Mais un accord a été trouvé et la propreté est globalement revenue. Les rues du centre ville sont occupées par des vendeurs à la sauvette ce qui suscite de nombreux grognements bien pensants… On observe aussi un refus de payer les impôts locaux ou les factures des services publics. Selon un article de La Presse, un million d’abonnés de l’électricité sont dans cette situation (soit un tiers des abonnés). L’article évoque le spectre du black-out et l’épouvantail de la situation électrique au Liban, tout en rappelant que la qualité relative des services publics en Tunisie fait partie des points positifs du régime Ben Ali… comme le statut personnel, au coeur des controverses. Le question du développement équilibré littoral-intérieur est par ailleurs très présente et se traduit par de violentes revendications : par exemple, les habitants d’une localité de la région de Manzel Chaker ont éventré une conduite d’eau menant à Sfax afin d’obtenir satisfaction sur un autre dossier (article dans Le Temps du 20 avril). A Sidi Bouzid, où des coupures d’eau sont fréquentes, des habitants ont profité de la venue de bailleurs de fonds pour menacer de couper une conduite d’eau qui dessert la ville littorale de Sfax, selon un témoignage recueilli ces jours-ci. Des bâtiments de services publics sont régulièrement incendiés dans des villes de l’intérieur (police, mais aussi électricité, école, ou équipements de santé).

L’inquiétude est aussi politique, notamment de la part des « laïcs » dont les partis politiques sont très dispersés et qui peinent à s’accorder sur des principes d’action clairs en vue de l’élection d’une chambre constituante le 24 juillet prochain (par ex. ici). Le projet de loi électorale, à la proportionnelle, imposant une parité homme-femme et excluant les « RCDistes » est très critiqué, en particulier à cause des effets pervers qu’elle pourrait entraîner en raison de l’inconsistance de l’offre politique des partis. Certains redoutent que les seules femmes bénéficiaires de ce système soient les affidées du ou des partis islamistes. D’autre regrettent que le choix ne se soit pas portés sur un système uninominal, permettant d’élire des personnalités connues. Enfin, l’inéligibilité d’office des RCDistes est parfois considérée comme arbitraire car  mêlant criminels de l’ancien régime et officiels parfois compétents dont il serait dommage de se priver pour l’avenir… Un projet de pacte citoyen est à l’étude pour imposer un accord minimum sur certains acquis du modèle de développement tunisien, notamment le statut personnel, et en faire un élément de base du texte constitutionnel à élaborer.

Je reviendrai dans un autre billet sur les questions de gestion urbaine posées par cette situation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *