Ma liseuse et le web. Questions sur l’epub

Depuis quelques mois, j’utilise une liseuse (Sony Reader 650). C’est loin d’être un outil parfait mais c’est un outil de lecture très commode. Très léger, très facile à tenir (comme un livre de poche dont on a pas à éviter que les pages se rabatent), annotable (j’y reviens dessous), il est dépourvu dans mon cas de liaison wifi. J’aurais pu attendre encore quelques semaines et acheter un Cybook Orizon mais en y réfléchissant, je me suis dit que la connexion n’était pas si indispensable. Cet outil est bon pour s’abstraire du flux incessant du web et des distractions et tentations innombrables des liens hypertextes.

J’ai lu ou relu un certain nombre de textes classiques dans le domaine public et c’est un des grands plaisirs de cet engin. Je lis aussi des articles scientifiques en format PDF mais c’est souvent pénible car j’ai un écran 6′ qui est inadapté pour certaines mises en pages PDF (marges trop grande, colonnes). En fait c’est l’inverse : les mises en pages PDF issues du A4 sont inadaptées à la liseuse. Trop souvent, les fichiers publiés en A4 sont impossible à lire car les polices sont trop petites. Le zoom sur PDF est compliqué à régler et à maintenir, la navigation n’est pas commode . Il existe une possibilité de lire par quart d’écran (adapté à un double colonnage) qui est parfois utile mais pas à tous les coups. Certes, on peut changer l’orientation, ce qui permet de grossir la police mais rien de génial. En revanche, les fichiers PDF directement mis en A5 avec une fonte de type 14 sont formidables à utiliser sur la liseuse. De nombreux ouvrages de la bibliothèque électroniques du Québec par exemple suivent ce format, bien commode.

Autre fonctionnalité bien utile : la lecture de fichiers word. Reconvertis en rtf puis en epub via l’excellent logiciel Calibre, ils deviennent aisément lisibles sur la liseuse et c’est une manipulation aisée.

On peut annoter tous ces fichiers grâce à un stylet. L’écriture des notes ainsi obtenue est vraiment du griffonnage, avec une écriture anguleuse et un maniement pas souple du stylet qu’il faut tenir très droit. Pas de problème pour souligner une faute, plus délicat pour faire un véritable commentaire. Par contre, on peut exporter son travail dans un fichier rtf qui inclut une image des annotations, ce qui est bien commode.

Autre usage très fréquent pour moi : récupérer des textes sur internet pour les lire au calme, dans le train, l’avion ou le soir au lit. Ces textes peuvent être des articles de presse, des billets de blog dont je suis grand consommateur, ou encore des textes scientifiques en html. Pour les récupérer, j’utilise un outil dénommé dotEPUB qui utilise le script de Readability, pour générer un fichier limité au texte principal visé, sans les à-côté, publicité, barres de navigations, liens divers, etc. Ce système est efficace et rapide. En cliquant sur l’icône dotEPUB de ma barre Firefox, un script se déclenche, et il m’est demandé d’enregistrer mon fichier. Je peux alors décider de l’ouvrir dans Calibre, ce qui aboutit à placer le fichier directement dans la bibliothèque. En général, je fais cela en série. Calibre est très pratique notamment pour ré-éditer les métadonnées (titre, auteur, date) qui ont tendance à être de mauvaise qualité (parce que mal déclarés dans tous ces fichiers). Un fois mon lecteur connecté, en un clic, tous les fichiers y sont téléchargés.

Toutefois, je rencontre quelques insatisfactions. En effet, les fichiers html un peu complexes, notamment ceux qui comportent des images, les perdent avec ce script. Les fichiers issus de Revues.org sont particulièrement malmenés, hélas! D’une part, au début de chaque paragraphe, on trouve un numéro, celui affecté par Lodel afin de disposer d’un repère. Pas très joli, même si au fond, l’idée de ce numéro pour remplacer les numéros de page typique du papier est bonne. Le problème est que l’idée ne semble pas s’être généralisée et que, en plus, dotEPUB ne l’intègre pas bien. Sans doute faudrait il que ce type de numéro devienne une norme. Autre difficulté avec les textes de Revues.org mais plus généralement tous ceux qui comprennent des tableaux ou des images : ces illustrations disparaissent. On perd aussi, mais pas tout le temps, les intertitres de différents niveaux, les notes et la bibliographie. Vraiment très désagréable. Autre déception : les notes ne sont pas gérées comme des liens hypertextes avec ce système. De plus, scorie issue là aussi des choix d’affichage de Revues.org (dont je lis beaucoup de textes, je dois le confesser), s’intercalent entre les paragraphes les débuts des notes qui, dans Lodel, s’affichent en marges.

Pourtant, l’epub peut faire tout cela, d’autres textes très élaborés et même artistiques que j’ai téléchargés en donnent un bel aperçu (par exemple cela). Est-ce qu’il existe, comparable en simplicité à dotEPUB, un outil de meilleure qualité? On trouve quelques blogs et tutoriels pour produire de l’epub mais rien de suffisamment robuste et très simple (2-3 clics) pour répondre à ma demande. Il s’agit de convertir du texte (word) en epub en général (par exemple chez Thierry Crouzet ou sur eBouquin). Alors que Revues.org a prévu de placer la fonctionnalité epub dans son service Premium, il serait intéressant de savoir si les développeurs de Lodel ont une idée pour limiter les inconvénients que je viens de citer ou s’il faut nécessairement en passer par l’abonnement à ce service. A la limite, je comprends bien qu’on ne peut pas éviter les numéros mais pourquoi la perte des intertitres?

Un autre souci que je rencontre est lié à l’articulation entre Zotero et Calibre, et concerne donc la gestion de ma bibliothèque de fichiers epub. Zotero offre la possibilité de stocker des fichiers joints et notamment ceux correspondant aux fichiers désignés par les notices bibliographiques. Ce que je trouverais bien, c’est qu’il existe une possibilité automatique de la part de Zotero pour générer un fichier epub à partir d’un fichier html. Et d’autre part, qu’il soit aisé de transférer un tel fichier vers sa liseuse (de même que les fichiers PDF). Mais cela, c’est sans doute aux développeurs de Zotero qu’il faudrait s’en plaindre. On ne peut pas en effet, dans Zotero, exporter d’un clic droit.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

7 réflexions au sujet de « Ma liseuse et le web. Questions sur l’epub »

  1. Yves Lunn

    Bonjour,

    J’ai aussi un PRS 650, et je concorde avec vos remarques. Mieux que DotEPUB vous pourriez essayer Instapaper : http://www.instapaper.com/u , l’avantage est qu’il fonctionne sur plusieurs pages. J’ai laissé tombé DotEPUB depuis !

    Bien cdtl Yves Lunn

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    merci. En fait, je l’avais déjà installé mais je trouve que cela fait un clic de plus qu’avec DotEPUB et d’autre part si on lui demande de télécharger tous textes d’un coup, il les aggrège en un seul texte sans table des matières, ce qui est plutôt moyen…
    Je viens de réessayer, et de toute façon, j’ai beau cliquer sur le bouton Read Later, il n’y a rien dans mon compte… Bizarre
    L’autre système qui m’a déçu est GrabIt : d’une part, on ne pas pas éviter de passer par l’interface de fabrication des epub, ce qui rend le parcours compliqué. D’autre part, curieusement, calibre ne reconnaissait pas les fichiers epub ainsi produits.

  3. Florent Bédécarrats

    Bonjour,
    L’extension Zotfile permet désormais d’exporter les fichiers en un clic: http://www.columbia.edu/~jpl2136/zotfile.html
    Elle permet aussi de renommer les fichiers en fonction des métadonnées de la référence (ex. AUTEUR-ANNEE-TITRE). Comme Calibre peut importer des métadonnées à partir du nom du ficher, il est donc possible faire fonctionner les deux ensemble. Ceci dit, bien que ça permette de reconnaître ses fichiers dans Calibre, on perd des informations en route (ex. éditeur, lieu de publi…).
    Une autre piste serait de renommer uniquement avec le numéro ISBN et de demander à Calibre de retrouver les métadonnées correspondante, mais ça ne fonctionne qu’avec les ouvrages, pas les articles.
    Cordialement,

  4. Diane Mercier

    Durant mon congé des Fêtes, j’ai acheté un Reader de Sony. J’utilise aussi Calibre pour la synchronisation. Le goût de la lecture “séquentielle” m’est revenu ;-)

    Passionnée de Zotero, aussi en combinaison avec Zotfile, je vais hacker pendant quelques temps. J’en donnerai des nouvelles dans mon blogue. Au plaisir d’échanger avec vous!

  5. Eric Verdeil Auteur de l’article

    bonjour et merci de ce message. Votre commentaire a été classé indésirable par la machine, je viens seulement de le reclasser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">