Les nouveaux modèles économiques de l’édition électronique et les droits d’auteur

J’apprends en dernière minute l’organisation d’une journée d’études sur l’édition électrique à l’ENS de Lyon, où Pierre Mounier viendra présenter la démarche qui a amené le CLEO à proposer un nouveau « modèle d’affaire » de l’édition électronique, l’OpenEdition Freemium, qui va chercher à combiner accès libre aux textes scientifiques en SHS et services à l’accès et à la lecture, à destination des bibliothèques universitaires (et autres?) et de leurs lecteurs. Initiative originale, dont il sera intéressant de voir quel intérêt elle suscite de la part des bibliothécaires et si ces derniers déplacent leurs préoccupations de l’acquisition à l’accès (se reconnaissent-ils dans ce changement d’enjeu qui est à la base du diagnostic du CLEO et de la proposition d’OpenEdition Freemium?).

En tout état de cause, cette évolution me conduit à m’interroger sur un point particulier : dans ce nouveau modèle, quelle place sera attribuée à l’auteur et en particulier à l’auteur de monographies scientifiques? La question surgit dans un contexte où l’édition universitaire (qu’elle soit le fait d’éditeurs privés ou publics) a progressivement et majoritairement adopté un modèle économique qui, au nom de la diffusion, a sinon supprimé du moins limité la rémunération des auteurs (idée d’un seuil minimal de vente) tout en multipliant les exigences à leur égard (soit : apports de subventions, achat d’un minimum d’exemplaires, fourniture d’un fichier prêt à imprimer, absence de services à l’édition, conditions variables d’un éditeur et d’un ouvrage à l’autre). En caricaturant (j’en suis conscient), on peut dire que c’est le modèle L’Harmattan (ici et ).

Disons d’emblée que je comprends bien que là n’est pas le problème du CLEO, qui discute avec des bibliothèques d’une côté, et des éditeurs de contenu électronique de l’autre. La question est plutôt posée à ces derniers, en fait. D’autre part, la question dépasse la présente initiative du CLEO et se pose aussi pour les projets d’impression à la demande, les ventes de fichiers numériques, etc. Parmi le questions préalables que soulève aussi mon billet, on pourrait s’interroger sur l’arbitraire de la séparation entre monographies et textes courts, séparation qui reproduit directement une particularité de l’édition papier (entre auteurs de monographie et auteurs dans des revues ou des ouvrages collectifs, pour lesquels la question d’une rémunération avaient depuis longtemps été résolue par la cession gratuite). Doit-on en fait généraliser cette dernière solution, c’est à dire affirmer que les producteurs de savoir renoncent à l’idée d’une rémunération (de toute façon fort limitée) lorsqu’ils rentrent dans une logique d’édition scientifique? Universitaires, donc fonctionnaires et déjà payés pour publier? Ne serait-ce pas aller un peu vite en oubliant qu’une partie des auteurs ne sont justement pas (encore?) titulaires?

Pourtant, divers éditeurs universitaires, comme les Presses universitaires de Rennes, semblent s’engager, à titre expérimental, dans l’idée d’un modèle de rémunération des auteurs au-delà d’un seuil de vente minimum (vente d’exemplaires papier et numérique à l’unité). Quid lorsqu’on s’engage dans un modèle qui se rapproche de celui de l’abonnement? On notera d’ailleurs que si les portails Cairn ou Springerlink proposent désormais des accès à des livres électroniques, c’est uniquement à travers des ventes à l’unité et non en abonnement, peut être bien parce que les contrats avec les auteurs de livres ne se prêtent pas à ce nouveau modèle.

Il faut replacer ce questionnement dans les débats qui agitent l’ensemble de l’édition face à l’émergence de l’édition numérique. D’un côté, en France, le Syndicat national de l’édition, au nom de l’unité du produit livre, promeut une vision très conservatrice de la rémunération des auteurs pour la vente de livres numériques. Des auteurs s’en alarment, ainsi que d’autres acteurs éditoriaux. De l’autre côté, quelques initiatives spectaculaires comme celle de Marc-Edouard Nabe ou de Daniel Schneidermann illustrent le court-circuitage de l’édition traditionnelle et de sa lourde et onéreuse chaîne de distribution (fort rémunératrice pour les actionnaires des maisons d’édition qui possèdent aussi ces circuits de la diffusion du livre). Enfin, des initiatives comme Amazon Singles semblent constituer la logique ultime de cette désintermédiation et peuvent paraître offrir de nouvelles perspectives de rémunération pour des auteurs numériques – et pourquoi pas des scientifiques?

Face à ces évolutions, je me demande donc si, en tant qu’auteurs de livres voire aussi d’articles, nous devons nous résigner à abandonner toute prétention à une rémunération indexée sur la diffusion payante de nos travaux. Devons nous céder (gratuitement donc?) l’exploitation de nos droits d’auteur pour une durée quasi-illimitée ou, au contraire, seulement pour des durées courtes (par exemple trois, cinq ans?) puis retrouver la possibilité d’exploiter ces droits sous d’autres supports, tels qu’Amazon? Certes, dans la grande majorité des cas, on ne parle ici que d’un potentiel commercial très limité mais le web et le monde numérique nous montre qu’il est parfaitement possible de concilier accès libre et diverses formes de rémunérations : pourquoi les auteurs de SHS devraient ils renoncer à cette possibilité? La prudence face à des évolutions des pratiques qui sont à l’heure actuelle indiscernables ne devrait-elle pas justement nous conduire à des cessions de droit pour des durées limitées?

Certains ne manqueront pas de trouver cette tribune ridicule voire choquante, et exempte du désintéressement qui sied à un scientifique payé par l’Etat, surtout vu l’étroitesse des recettes qu’on peut envisager. Il me semble pourtant que la question posée va au delà de cela. Nous sommes dans un système où l’investissement de l’auteur ne s’arrête pas à l’instant où il a écrit un point final de son texte mais se poursuit par un travail de propulsion (comme le dit Thierry Crouzet) rendu indispensable par les nouvelles exigences de l’économie de l’attention (Voir M. Dacos : Comment mieux faire connaître mes recherches). L’idée d’une rémunération des auteurs, fût-elle économiquement symbolique, est-elle absurde dans ce nouveau contexte?


5 réflexions au sujet de « Les nouveaux modèles économiques de l’édition électronique et les droits d’auteur »

  1. Ping : Tweets that mention Les nouveaux modèles économiques de l’édition électronique et les droits d’auteur | Rumor -- Topsy.com

  2. JM Salaun

    Bonjour,

    J’ajouterai une dimension supplémentaire à votre interrogation. Le système actuel de publication scientifique n’incite pas les auteurs à disséminer leurs travaux, cad à être lu, mais simplement à être publié si possible dans une revue reconnue. Autrement dit à allonger sa bibliographie pour mériter une bonne évaluation.

    Cela me parait être la base de l’économie des ressources humaines académiques en Amérique du nord et, si j’ai bien compris, de plus en plus aussi en France.

    Le principe des droits d’auteur proportionnels rémunère en fonction de la dissémination, même de façon symbolique. Ce serait de ce point de vue une amélioration qui aurait sans doute aussi des effets sur l’écriture elle-même.

  3. Eric Verdeil Auteur de l’article

    en tant qu’auteur qui s’implique dans ce boulot de dissémination, en effet, cela serait une motivation supplémentaire.

  4. Thierry Joliveau

    Je n’ai pas de point de vue éclairé global sur cette question du modèle économique mais je pense que la question de la rémunération des chercheurs par leurs œuvres ne doit pas être occultée, car elle est présente et depuis longtemps comme un des paramètres qui gouverne leur activité.

    En Histoire-Géographie par exemple la rémunération des œuvres scientifiques ou des manuels du supérieur est faible mais pas celle générée par les manuels de l’enseignement secondaire (au moins dans le passé, je ne sais pas ce qu’il en est maintenant et ce qui adviendra de ces manuels au temps du numérique). Cette distorsion de rémunération entre l’activité d’enseignant et de chercheur a nécessairement (eu) un impact sur les priorités de recherche individuelles et collectives et la structuration des pouvoirs liés à la distribution de cette ressource: direction de collection, de manuel, choix des collaborateurs … Il est donc toujours salutaire de poser la question du revenu. Et le billet fait bien le point sur les tendances qui émergent.

    Je voudrais nuancer le commentaire de JM Salaun. Dans le modèle classique de la publication dans une revue reconnue, on combine théoriquement récompense symbolique et dissémination, les revues les plus reconnues étant réputées les plus lues par les scientifiques. Y être publié accroît donc aussi les chances d’être cité par ses pairs et on débouche directement sur l’Impact Factor, appliqué systématiquement dans les sciences exactes et dont on connaît les effets pervers dans un monde numérique (voir l’exemple récent de supercherie provocatrice avec Google Scholar).

    Dans les SHS, la question se pose un peu différemment car la question de la réputation des revues est un sujet très discuté et de toute manière très difficile, compte tenu de la nature du travail scientifique. Le marché de la publications en SHS à l’attention d’un grand public plus ou moins cultivé est aussi différent de celui des sciences exactes (la physique des matériaux par exemple). Cela dit la crise de l’édition classique dans ce domaine a montré que le marché n’y est pas facile non plus, et qu’il va être bouleversé par les nouveaux systèmes d’édition, technologiques ou économiques.

    Je m’interroge sur la place des projets collectifs dans ce nouveau paysage : revues, groupes de chercheurs partageant un point de vue, réseaux thématiques … Comment résister à cette atomisation d’auteurs isolés produisant des textes courts pour des lecteurs pressés ?

    Merci en tout cas pour avoir bien cerné la question !

  5. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Merci de ce commentaire qui élargit la question. Concernant cette autre face de l’activité de valorisation du travail des enseignants-chercheurs que constituent les manuels, il faut souligner en effet que les rémunérations peuvent être très importante. Un ami physicien impliqué dans un manuel de seconde évoquait la perspective de droits d’auteur se montant à 25000 euros! J’espère pour lui que cela s’est effectivement réalisé… C’est sans doute un cas extrême. Mais bon, un article ou un livre spécialisé n’a évidemment pas la même finalité et on ne parle pas des mêmes ordres de grandeur (tirage et rémunération). En revanche, on pourrait dire que les manuels (pour le secondaire ou pour le supérieur) se nourrissent des matériaux et des idées fournis par les articles et les livres scientifiques… reprise qui s’effectue à titre gratuit pour l’essentiel sauf réutilisation d’une figure. C’est la beauté de la circulation des idées mais cela peut constituer comme tu le dis un facteur de déplacement du travail des chercheurs vers le déplacement en direction de publications plus commerciales.
    Concernant les livres scientifiques, prenons le cas d’une thèse réécrite et retravaillée pour publication : il y a bien un travail d’adaptation pour un autre public, même s’il est restreint. On n’est plus seulement dans le ciblage d’un public de chercheurs, sinon on en resterait à la thèse. Si aujourd’hui, la plupart des éditeurs ne rémunèrent pas ce travail ou seulement marginalement, on ne peut le justifier en disant que c’est parce que ces publications, contrairement aux articles de revue à l’écriture parfois très hermétique, ne s’adressent qu’aux pairs. Cette restriction des droits ne s’explique que par les contraintes économiques des éditeurs (impression, distribution). Si ces coûts disparaissent ou diminuent fortement, il reste certes les coûts du travail éditorial lui même. Mais dans ce nouvel contexte économique, n’y a t il pas la place pour réintroduire une rémunération de l’auteur?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *