Arabies malheureuses I

Texte paru en 2007 dans le Bulletin critique du livre en français (je n’ai pas les références précises de la publication)

« Arabies malheureuses I – La question de Palestine – Où va le Liban ? » Outre-Terre. Revue française de géopolitique, OGRE-ERES, 2006, 445 p.

Cette livraison de la revue de géopolitique Outre-Terre s’intéresse, comme son titre ne l’indique qu’imparfaitement, au Moyen-Orient et notamment à l’Irak, en plus des regards offerts sur le Liban et la Palestine. Ce numéro est structuré en cinq dossiers. Le premier ensemble s’intéresse essentiellement au regard américain sur le Moyen-Orient et sur les vues des néo-conservateurs qui ont précipité l’entrée des Etats-Unis dans la guerre contre l’Irak. Un second ensemble moins fourni examine l’attitude de puissances européennes (Italie, Espagne, Grèce et Russie) à l’égard du conflit israelo-palestinien et du Moyen-Orient au prisme des représentations que s’en font leurs opinions publiques et leurs gouvernements. Un troisième ensemble, assez mince, s’attache aux attitudes à l’égard de la situation en Palestine dans plusieurs pays arabes et en Iran. Ensuite, un dossier d’une dizaine de contributions est centré sur les relations israélo-palestiniennes. Enfin, une dernière série d’articles est consacrée au « Liban après Hariri », pour reprendre le titre de l’une des interventions du député Fouad Makhzoumi. L’intérêt et, suppose-t-on, l’objectif de ce numéro est de proposer au lecteur une vaste somme d’informations et d’opinions. Sondages sur l’opinion publique palestinienne, résultats des élections libanaises, démographie libanaise ou coût de la guerre d’Irak pour le contribuable américain sont quelques exemples de documents et de données utiles. Plusieurs articles sont traduits de l’anglais et permettent de se familiariser avec des opinions d’observateurs étrangers sur les questions abordées. Des articles de synthèse fournissent des éclairages. L’ensemble s’inscrit, d’un point de vue disciplinaire, dans une géopolitique essentiellement perçue du point de vue des relations internationales, même si des analyses plus sociologiques ou à des échelles infra-étatiques sont proposées. Le lecteur est néanmoins dérouté par ce foisonnement de textes de statut divers et souvent ambigu : articles prétendument scientifiques sans appareil critique, textes de conférence bardée au contraire de notes mais concluant sans barguigner que « l’approche de Bush [vis-à-vis du Moyen-Orient] mérite des éloges », paroles d’acteurs politiques. Or, les éditeurs de la revue ne fournissent pour décrypter cette collection aucun éditorial, aucune justification des textes sélectionnés, aucune mise en perspective. Or, on est en droit d’en attendre quand le volet consacré à la Palestine s’intitule « De Gaulle et son double » et place face à face Ariel Sharon et l’artisan de la fin du conflit algérien !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *