L’hyperdensité au Caire

Vue de Zamalek, par P.A. Barthel (2008)

La lettre n°12 du pôle ville du CEDEJ (à télécharger au format PDF) est publiée à l’occasion d’un atelier sur les stratégies de densité de la planification des grandes métropoles (Shanghai, Mumbai, Paris, Le Caire) qui a eu lieu le 6 décembre 2010 (programme ici).
Pierre-Arnaud Barthel y revient dans un texte introductif sur l’hyperdensité au Caire, en miroir d’autres métropoles, livré au titre de « bonne feuille ». Il souligne d’abord l’importance des densités cairotes, et montre ensuite que les élites (politiques, urbanistes) ont sur cette hyperdensité un jugement très négatif pour des raisons esthétiques et hygiéniques, mais aussi politiques (peur de ne pas maîtriser les foules). Les nouvelles urbanisations « planifiées » très consommatrices d’espace dans le désert sont donc en miroir inverse de la densité cairote. Mais aujourd’hui, on assisterait de la part des urbanistes à un retour de balancier et à un regain d’intérêt pour la ville compacte, dans le contexte de la lutte contre le changement climatique. L’enjeu apparaît de revaloriser la ville compacte. Mais ce retour de balancier pourrait avoir des conséquences négatives en urbanisant certains des derniers lambeaux d’espaces agricoles au sein de l’agglomération.
On pourra remarquer – et regretter – que ces discussions ne se sont apparemment guère préoccupées d’identifier le point de vue des citadins cairotes sur la meilleure forme de la ville…


Une réflexion au sujet de « L’hyperdensité au Caire »

  1. Ping : Tweets that mention L’hyperdensité au Caire | Rumor -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *