Publier sa thèse en urbanisme : plusieurs modèles en discussion

Les cafés de l’Après-thèse, organisés par les doctorants de l’école doctorale Paris-Est Ville Technique Territoire ont organisé le 16 novembre un débat sur cette thématique, auquel ont participé Elsa Vivant, MCF en urbanisme et auteur(e?) de La ville créative aux PUF, Jérôme Martin représentant des éditions L’Harmattan et  Pierre Mounier de Revues.org.

La discussion apporte toute une série de conseils aux jeunes et futurs docteurs dans leurs projets de publication, notamment des informations essentielles sur l’organisation économique du milieu de l’édition. Les enjeux relatifs à la publication de la thèse sont utilement relativisés. Elsa Vivant insiste aussi sur les contraintes voire les torsions auquel un auteur doit se prêter pour publier dans une « grande » maison (elle cite son chiffre de vente : 836, en environ un an, ce qui souligne tout de même la taille réellement petite du marché des SHS, pour un ouvrage formaté pour un public relativement large).

On aurait pu espérer que les « prestations » offertes par L’Harmattan soit davantage démystifiées, comme dans ce billet de Pierre Assouline (signalé par Aldus) : l’absence de relecture, de maquettage, la faiblesse de la diffusion en librairie, ou encore les prix élevés pour des fichiers électroniques (qui ont certes le mérite d’exister comme s’en félicite Aldus) par ailleurs dépourvus de toutes métadonnées qui en faciliteraient l’exploitation et le référencement. Mais il faut reconnaître que ce géant relatif est loin d’être le pire éditeur du marché (l’exemple des Editions Universitaires Européennes est cité : ils bombardent nos boîtes mail de démarches vantant leurs services, sans aucune garantie pour les auteurs qu’ils pourront vraiment trouver un lectorat. Cf une sévère mise en garde ici).

Pierre Mounier replace la question de la publication dans une perspective plus large et insiste sur les transformations des rapports papier/électronique. On trouve aussi une discussion qui souligne que l’édition électronique n’est pas à priori un facteur aggravant le plagiat. Je suis à priori d’accord avec cette affirmation tout en notant qu’on manque un peu de recul sur la question. Tout dépend aussi de quel plagiat on parle : sans doute pas (massivement en tout cas) celui des chercheurs jeunes ou moins jeunes, mais celui des étudiants, en revanche, existe.

Il me semble qu’il serait nécessaire de faire un bilan critique et prospectif de l’édition universitaire et de sa politique de publication de livres. J’ai l’impression que l’offre ne bouge pas beaucoup et que le milieu reste très conservateur.

Au total, une initiative utile et instructive. Bravo aux doctorants du LATTS.

Le compte-rendu est ici.


3 réflexions au sujet de « Publier sa thèse en urbanisme : plusieurs modèles en discussion »

  1. Ping : Publier sa thèse en urbanisme : plusieurs modèles en discussion | le Cresson veille…

  2. Luc

    C’est dommage que les experts prennent si peu d’initiative par rapport à la diffusion de leur savoir. Ce que je voudrais faire ici c’est de lancer une proposition à tous ceux qui ont mené des études intéressantes et innovantes et qui en ont tiré un rapport écrit, de faire en sorte que leurs travaux, sous quelque forme que ce soit (thèse, mémoire…) soient partagé, en ligne ou autrement, pour que tout le monde puisse en bénéficier !

  3. Eric Verdeil Auteur de l’article

    C’est vers un drôle de site que vous nous orientez là : un espace de publication des mémoires de droit des universitaires de Lyon 3, gratuit et en acès libre, si je comprends bien – mais qui a l’air similaire à des entreprises comme les éditions universitaires européennes. C’est trompeur et j’ai failli mettre le commentaire dans la boîte à spam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *