Les paysages de l’électricité au Moyen-Orient

Pour rebondir sur le précédent billet et illustrer comment ces paysages de l’électricité pourrait devenir le sujet de nouvelles recherches, voici deux photos brièvement commentées.

L'immeuble de l'EDL à Beyrouth - cliché EV oct. 2005 DR

La première représente le siège de l’EDL, la compagnie Electricité du Liban, à Beyrouth. Il est situé dans le quartier de Gemmayzeh, un vieux quartier qui s’est développé durant la période ottomane et le Mandat français, avant de connaître un certain déclin jusqu’à la fin des années 1990. A cette date, il a connu un double mouvement de patrimonialisation, de gentrification alimentant autant qu’alimenté par sa transformation en disctrict récréatif. Devenu une sorte de symbole du Beyrouth d’antan, c’est là que sont tournés de nombreux films empreints de nostalgie sur le Beyrouth d’avant.

Ce haut immeuble, accolé à l’autoroute, dont la silhouette moderne domine le quartier et en est devenue un repère majeur au fil du temps, a été construit dans un tout autre contexte. La compagnie publique fut créée, en 1954, à la suite de l’interruption de la concession accordée à une compagnie privée pour l’électricité et les tramways, incapable de faire face à l’augmentation de la demande. Cette nationalisation de l’électricité est emblématique de cette période et on la retrouve dans pratiquement tout les pays voisins. Elle illustre la volonté des Etats de la région de lancer des politiques de développement. L’électricité était bien entendu au coeur de ce projet. L’arrivée en 1958 du général Chéhab à la présidence de la République donna au Liban un coup d’accélérateur à une telle visée. Et dans le cadre d’un vaste programme de réorganisation de l’administration, diverses initiatives furent pour construire des nouveaux locaux. L’architecte Pierre Neema joua un rôle important. Il fut le concepteur de la Cité gouvernementale de Bir Hassan et on lui confia également l’immeuble de l’EDL. L’architecture de ce dernier illustre, notamment par le traitement des pare-soleil inspiré des architectes brésiliens, l’essor d’une architecture moderne du Tiers-Monde et il n’est pas indifférent que cette architecture soit placée au service d’un secteur d’activité qui symbolisait l’entrée du Liban dans la modernité.

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée par Rami Daher

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée, vue du sud (2010)

Le deuxième cliché représente le première centrale électrique d’Amman, construite par la Jordan Electric Power Company dans les années 1940. L’usine depuis longtemps désaffectée, est située à proximité du nouvel hôtel de ville d’Amman, dans un vaste site réaménagé à la charnière de l’Amman moderne et de l’Amman populaire, au fond du Wadi Amman. La municipalité, sous l’impulsion de l’architecte Rami Daher (dont j’ai déjà parlé ici), a décidé de conserver ce vestige et a confié à ce dernier son réaménagement. Il pourra abriter un café, des expositions, etc. Le tout n’était pas finalisé lors de mon dernier passage. Pour R. Daher, conserver ce rare témoignage de l’activité industrielle d’Amman, de même que quelques salles de cinéma, participe d’une démarche de sauvegarde des traces de l’entrée dans la modernité de cette ville, traces aujourd’hui frappées d’obsolescence, déconsidérées au regard du développement tertiaire de la ville, évincées par la nouvelle architecture verticale et clinquante de Jordan Gate ou de Abdali, et menacées de disparition par le renouvellement urbain.

Au Moyen-Orient, ce sont souvent les paysages du pétrole qui viennent à l’esprit lorsqu’on évoque l’empreinte de l’énergie sur la société, que ce soit sur le plan économique et politique (comme le fait par exemple Timothy Mitchell dont j’ai parlé ici) ou, donc, sur le plan urbanistique et architectural (ici). Les paysages de l’électricité et ce qu’ils sous-tendent (notamment l’organisation des territoires) constituent toutefois également un légitime objet pour la recherche. Espérons que nous assisterons bientôt à des recherches sur ce sujet.

Forêts de fils électriques à Beyrouth - photo historique à Gemmayzeh, ce bâtiment ayant aujourd'hui disparu (cliché EV 2005)

PS / mise à jour : j’aurais bien sûr du citer aussi le très intéressant travail de Pauline Gabillet dans le récent numéro de Géocarrefour, sur les générateurs électriques au Liban. Elle montre de manière fine, dans le cas de Jbeil, comment la dimension esthétique liée au passage de câbles anarchiquement disposés dans la ville devient un enjeu politique local (couplé à la question du prix de l’énergie). Voir son article Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban dans Géocarrefour.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *