Les paysages de l’énergie

Calenda annonce le colloque Les paysages de l’électricité. Perspectives historiques et enjeux contemporains, XIXe-XXIe siècle, organisé à la MSH de Bordeaux. Thématique intéressante qui illustre la montée de l’intérêt pour les questions énergétiques dans la champ des SHS, ici majoritairement par des historiens auxquels se joignent diverses autres sensibilités disciplinaires. Toutefois, les objets étudiés se situent essentiellement en Europe avec une petite excursion vers le Québec. C’est aussi une thématique riche de potentialités dans les pays du pourtour méditerranéen aussi. J’y reviendrai.

C’est aussi l’occasion de signaler le numéro thématique Landscape of Energy de la récente revue New Geographies. Sous la direction de Rania Ghosn, architecte libanaise auteure d’une thèse sur la Geographies of Energy: The Case of the Trans-Arabian Pipeline, cet ensemble de contributions mérite d’être connu. La revue est publié par Harvard University Press. Elle s’inscrit dans une perspective pluri- ou multi-disciplinaire, croisant « Design, Agency, Territory ». Agency étant une des mots de l’anglais SHS les plus difficiles à traduire en français (Jérôme Vidal, le directeur de la RILI et des éditions Amsterdam, se penche sur cette difficulté et y consacre plusieurs pages dans La Fabrique de l’Impuissance. Il propose « capacité d’agir » ou « puissance d’agir », par référence à Spinoza). Le projet de la revue articule en fait un regard (elle est très visuelle) sur l’espace géographique (avec un intérêt marqué pour la grande échelle des projets d’architectes) avec une perspective « radicale » ou « critique ».

« New Géographies » presents the geographic as a design paradigm that links physical, representational, and political attributes of space and articulates a synthetic scalar practice. Through critical essays and projects, the journal seeks to position design’s agency amidst concerns of infrastructure, technology, ecology, and globalization ».

Sur le plan de la forme, la revue témoigne d’une recherche esthétique qui brouille les frontières avec son ambition académique revendiquée. Fontes et titraille très originales, mise en page en double colonne non justifiée et largement aérée d’illustrations d’origine multiple, en constituent quelques-uns des signes. Dans le numéro entre mes mains, une des contributions est presque entièrement graphique, et consiste en une série de planches horizontales (donc retournées par rapport au reste de la revue), qui illustre dans une frise chronologique l’histoire de l’énergie. En revanche, on regrettera l’absence des résumés qui permettrait une plus grande appropriation du texte.

Landscape of Energy propose de lire l’énergie comme un projet spatial (‘Energy as a Spatial Project’). Les auteurs le font principalement à travers une analyse couplant les dimensions physiques et spatiales des objets et infrastructures énergétiques et les dimensions idéelles et picturales de ces objets. Le graphisme est particulièrement mis à contribution. La tonalité géénrale est celle d’une critique des fondements néolibéraux de la crise énergétique comme des solutions écologico-énergétiques proposées comme solutions.

Volume 2 of New Geographies proposes to historicize and materialize the relations of energy and space, and map some of the physical, social, and representational geographies of oil, in particular. By making visible this infrastructure, Landscapes of Energy is an invitation to articulate design’s environmental agency and its appropriate scales of intervention.

Parmi les curiosités qui font tout l’intérêt de la lecture, un texte inédit de Ivan Illitch « The Social Construction of Energy », qui retrace l’émergence du concept d’énergie dans les débats scientifiques du XVIIIe et du XIXe s. et qui effectue un très intéressant parallèle avec l’émergence du concept de travail dans les oeuvres de Riccardo et Marx. Ce qui relie selon lui les deux est leur commune intégration épistémologique dans un régime de la rareté – plus largement, l’énergie et le travail deviennent, en même temps, des enjeux politiques. « Jobs and watts could be recognized as basic rights because they were interpreted as basic needs » (p.17). Illitch voit dans cette transformation un arrimage de la nature au capitalisme et dénonce l’asservissement de l’homme qui en résulte. Cette thématique est reprise en fin de volume par Jean Robert, un de ces disciplines (Alternatives and the Technogenic Production of Scarcity).

John May propose une rétrospective de la notion d’ilot de chaleur à travers les représentations graphiques progressivement inventées, en lien avec diverses technologies d’acquisition de données (du relevé thermométrique au capteur satellite). Il critique alors la notion de « paysage » s’agissant d’une représentation dont l’homme est progressivement totalement évacué.

« The Hole World. Scales and Spaces of Extraction » est un très stimulant texte du géographe Gavin Bridge sur sur la « géographie des trous » (eh oui, ce n’est pas une blague). Le puits d’extraction est un dispositif discret et matériel qui reconfigure tout l’espace géographique à partir de ses caractéristiques techniques, économiques et politiques (la régime de la concession en particulier). Il souligne aussi, comme le fait dans son genre Romain Garcier, l’importance des déchets dérivés de la production. L’extraction et son organisation géographique sont au cœur de la dynamique du capitalisme.

« Plane Violence, A sectional Landscape of Oil in Amazonia » présente une intéressante série de planches illustrant les empiétements des concessions pétrolières sur les territoires indigènes et sur les réserves naturelles. Ce texte trouve son pendant dans l’étude de l’invisibilisation des habitants de la région de Bakou, soumis à une intense pollution lié au passage du pipeline de la BTC dans cette région.

D’autres contributions illustrent les paysages du pétrole (Carola Hein) : villes nouvelles, buildings, autoroutes. Martin Melosi propose une courte histoire de Houston, capitale pétrolière, tandis que Le Center for Land Use Interpretation donne à voir une série d’images sur le pipeline Trans-Alaksa. Un autre texte aborde les impacts des plateformes pétrolières et les possibilités de restaurer la vie marine (avant la catastrophe d’avril 2010 dans le Golfe du Mexique).

Maria Kaika s’intéresse pour sa part aux paysages hydroélectriques. L’intérêt de sa réflexion réside notamment sur la question du retour au paysage naturel après la démolition de telles infrastructures, qui la rapproche des précédentes.

D’autres contributions explorent les nouvelles technologies de planification et de prévision des infrastructures énergétiques (en l’occurrence les réseaux de transport dans la région de Chicago et l’élaboration de la stratégie d’investissement de Shell).

Les contributions finales sont des analyses critiques du tournant vert, et dénoncent la commodification de la nature et le green-washing de l’architecture.

Nettement plus orientée vers les paysages des hydrocarbures que vers ceux de l’électricité, cette revue ouvre néanmoins des pistes très utiles et mérite d’être connue en France, particulièrement chez les géographes.


Une réflexion au sujet de « Les paysages de l’énergie »

  1. Ping : Tweets that mention Les paysages de l’énergie | Rumor -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *