Publications SHS en libre accès : en finir avec L’Harmattan?

Un billet de l’URFIST nous apprend le lancement d’une bibliothèque de l’OAPEN (Open Acess Publishing in European Networks). Comme souvent, la traduction nous conduit à nous interroger sur l’adéquation des mots et des idées. En l’occurrence, publishing ne renvoie-t-il pas d’abord à l’idée d’édition au sens commercial, à savoir vente et diffusion, par opposition à editing, qui concerne plutôt la fabrication et le polissage du texte ? (Je m’appuie ici largement sur les propos « propulsés » par Thierry Crouzet, toujours provocant et stimulant, par exemple ici). En fait, mon interrogation est un peu feinte. A partir du moment où des textes sont rendus disponibles en libre accès, il est en effet loisible de parler de bibliothèque autant que de diffusion éditoriale. Nous sommes bien à un tournant qui concerne à la fois les pratiques et les métiers de production, de diffusion, de stockage du livre (voir L’édition électronique de M. Dacos et P. Mounier). L’existence de fichiers numériques immatériels remet en question certains d’entre eux dans leur acception la plus immédiate et oblige à les repenser.

Cette initiative correspond pour l’instant à un regroupement modeste d’une dizaine de presses universitaires et éditeurs académiques. Curieusement, alors que les Presses Universitaires de Lyon participaient à l’origine à cette initiative (seul partenaire français), elles n’apparaissent plus comme partie prenante sur cette page du site de l’OAPEN (mais leur site y fait toujours allusion). En parallèle, de multiples autres initiatives d’éditions électroniques de livres se sont lancées. En France, citons par exemple les livres de Revues.org, les ouvrages de Persée, et d’autres (dont les livres numériques des PUL, justement).

L’un des points les plus positifs que m’inspirent ces initiatives est qu’il va enfin être possible de se passer des « services » coûteux et si insatisfaisants de l’Harmattan, Karthala et consorts, qui vivent aux crochets des subventions du monde universitaire sans apporter aucune valeur ajoutée aux livres et aux textes qui leur sont remis, et dans la plupart des cas, sans aucune rémunération de ces derniers (ou de leur structure). En particulier, s’agissant des actes de colloques et des ouvrages collectifs, il faut redire l’insuffisance criante de la description bibliographique qui rend invisible les chapitres ou contributions individuelles. C’est vrai aussi pour les revues qu’ils éditent (par exemple, j’ai publié un article dans la revue Savoir, Travail et Société, éditée par l’Harmattan : cherchez le donc, vous m’en direz des nouvelles).

Il est vrai que d’autres éditeurs privés ont déjà compris l’intérêt de ces initiatives et que dans le cadre des  abonnements que les bibliothèques peuvent souscrire à leur production, il est déjà possible d’accéder à leurs livres, et aux chapitres individuels de ces livres. C’est le cas avec Springer (40659 livres annoncés, quand même! accessibles grâce au portail BiblioSHS, grâce lui soit rendue!) ou, via Cairn, des PUF, Presses de Science Po, La Découverte, Quae et d’autres. Quant à savoir si les bibliothèques voudront néanmoins continuer à acheter du papier, c’est une autre question sur laquelle je n’ai pas d’avis tranché et que je ne veux pas discuter ici (il faudrait connaître tous les éléments, notamment les coûts).

Il reste à faire auprès de nos collègues universitaires un grand travail d’explication et de conviction pour que nos productions bénéficient grâce à ce type de presses d’une meilleure visibilité et d’un accès amélioré. Il faut bien reconnaître qu’ils sont bien souvent trop contents de s’autoéditer (les torts sont donc partagés, ce serait trop simple sinon). Je crois qu’il faut déjà commencer par les academic digital natives que sont, ou devraient être s’ils sont formés pour cela, les doctorants d’aujourd’hui. Mais comment toucher les autres, qui ne sont sensibles à ces problématiques très techniques?

En contrepartie, le grand problème posé est celui de la centralisation des catalogues, ou plutôt de la mutualisation des catalogues de ces différentes initiatives. On retrouve ici une problématique qui émerge aussi dans le cadre de l’accès au livre numérique grand public (avec les formats de catalogues et de métadonnées, OPDS si je ne m’abuse). Et c’est un travail de référencement que nous attendons de la part des bibliothèques, notamment universitaires. Ou bien de nouveaux documentalistes qui n’auraient plus forcément besoin d’être dans des bibliothèques?

Une autre question qui va vite se poser est celle des formats de diffusion, qui agite les milieux de l’édition numérique (voir ces billets dans la Feuille : 1 et 2). PDF, alias livre homothétique ou ePub, Mobipocket, sans parler des « applications » dont on peut imaginer le bénéfice que pourraient en tirer nombre de productions universitaires, à condition d’avoir accès à des financements ad hoc. Mais pour cela, il va déjà falloir arrêter de subventionner l’Harmattan…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *