Architecture traditionnelle et urbanisme contemporain dans le monde arabe

Signalons sous ce titre diverses publications et réflexions dont la concomitance produit un effet d’écho qui ne manque pas d’intérêt.

Tout d’abord, viennent de paraître les actes du Colloque international « Les héritages culturels dans l’architecture et l’urbanisme au XXIe siècle », organisé en 2008 par la Sorbonne Abu Dhabi, sous le titre Espaces urbains à l’aube du XXIe siècle. Patrimoine et héritages culturels. J’avais eu la chance d’en être, invité tous frais payés avec les nombreux autres intervenants. La présentation des actes dit assez l’intention qui avait présidé à l’organisation de cette manifestation où l’on retrouve l’esprit de résistance de Jean-Robert Pitte (président fondateur de la Sorbonne AD) à une certaine mondialisation, au nom de la fidélité aux valeurs du passé.

Quand l’urbanisme est au service d’une certaine philosophie de la ville engagée dans la préservation des héritages culturels, la conservation traditionnelle mais aussi la production d’un patrimoine architectural rénové prennent le pas sur d’autres forces de progrès. Ainsi, les mécanismes d’intégration ou de rejet du passé, la mémoire collective et les enjeux de pouvoirs, la valorisation des pratiques sociales traditionnelles et les icônes architecturales, la réhabilitation et la production d’espaces patrimoniaux jusqu’au rang de patrimoine mondial sont autant de questions d’actualité que cet ouvrage aborde, proposant, à travers un large panorama illustré, la découverte de différentes expressions d’aménagement urbain.

Entre l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, l’Asie et le Pacifique on peut être étonné de rencontrer une certaine cohérence urbanistique qui concilie la prise en compte des facteurs géographiques, le développement architectural et la préservation des héritages culturels.

Secteur historique reconstruit. Remarquer les fameuses tours à vents qui servent à aérer les intérieurs (Bardaweel), emblème patrimonial

A vrai dire, le plus fascinant du colloque fut pour moi la visite d’Abu Dhabi ainsi que celle de Dubaï, y compris les quartiers « historiques » reconstruits. Ma communication qui portait sur Beyrouth (au format hélas fortement raccourcie) se trouve ici [mise à jour : ici aussi sur le site e.sorbonne ). Ce texte manque d’approfondissement, j’en suis bien conscient. (Sur le cas Bint Jbeil, voir les chapitres de Habib Debs et Howaida Harithy dans ce Lessons in Post-War Reconstruction)
En contrepoint de cette parution, il est tentant de signaler sur la liste de discussion H-Urban un compte rendu thématique de Colette Apelian consacré à quelques publications récentes qui traitent de la même tension dans le monde arabe.

[Colette Apelian. Review of Elsheshtawy, Yasser, ed., _The Evolving Arab City: Tradition, Modernity and Urban Development_ and Hakim, Besim S., _Sidi Bou Sa’id, Tunisia: Structure and Form of a Mediterranean Village_ and Hakim, Besim S., _Arabic-Islamic Cities: Building and Planning Principles_. H-Urban, H-Net Reviews. September, 2010. URL: https://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=30659]

Les travaux de Yasser ElSheshtawy et surtout cet ouvrage et un précédent, proposent une synthèse sur l’évolution des principales villes arabes jusqu’à aujourd’hui, en insistant sur les formes de dépossession des citadins par la mondialisation et la néolibéralisation, aussi bien dans les formes produites que dans l’accès aux espaces et aux richesses produits par la modernité. Le ton des textes est très critique. Pierre-Arnaud Barthel et moi-même avons également rendu compte de ses travaux dans Géocarrefour, ici et . Signalons du coup aussi le numéro de Built Environment Arab Mega Projects qu’a récemment dirigé Pierre-Arnaud.

Je ne connais pas les ouvrages de Besim Hakim mais ils proposent de revisiter les principes génératifs de l’architecture traditionnelle arabe pour s’en inspirer. Les commentaires de Colette Apelian sont assez flatteurs. En prolongement de cette discussion, on pourra lire, sur une thématique proche, le compte rendu critique que fit Joe Nasr d’un livre de Stefano Bianca, 2000, Urban Form in the Arab World: Past and Present. Zürich: vdf, 348 pp.

La discussion d’Apelian se conclut par une question sur la manière de faire la ville arabe autrement, en explorant les formes de résistance à ces modèles urbanistiques. Elle part du constat, assez naïf selon moi, que ces ouvrages ont identifié ce qui ne va pas et ont mis ce savoir en circulation. Faut-il rejeter l’impérialisme culturel que dénonce Elsheshtawy (dans une posture qui pose de nombreux problèmes, comme souligné dans nos recensions) ou accepter certaines formes d’échanges, comme semble le suggérer Hakim? Dans quelle mesure l’héritage architectural musulman constitue-t-il d’ailleurs véritablement une alternative? Le débat rebondit ici avec une interpellation de Michael Smith à propos de l’utilisation que Norman Foster fait de cet héritage, au moins en parole (cf. article du New York Times et la discussion sur H-Urban).

Immeuble en cours de démolition à Tripoli sur place du Tell (septembre 2009). L'ensemble architectural d'époque ottomane dans lequel s'inscrit le théâtre défendu par la pétition est frappé d'obsolescence par manque d'entretien.

MàJ : un avatar de cette discussion avec la pétition lancée ce jour contre la démolition d’un théatre ottoman sur la place du Tell à Tripoli (voir deux précédent billets sur cette ville ici et ). Un patrimoine très endommagé (cf. photo) mais qui témoigne du caractère réducteur de l’opposition traditionnel / moderne puisque le moderne se caractérise par une grande profondeur historique et une remarquable variété stylistique, produits d’interactions multiples qui témoignent des circulations et des échanges autant que des dominations et colonisations qu’ont subi les sociétés de la région. C’est l’occasion de renvoyer à l’ouvrage électronique Patrimoines en situation, déjà signalé sur ce carnet : il fournit sur ces questions quelques outils utiles.

MàJ2: Un article un peu plus détaillé sur cette lutte patrimoniale tripolitaine, par May Makarem dans L’Orient-Le Jour (5 octobre 2010). Mais on observera que cette affaire n’occupe que modérément l’auteur par rapport à la publicité faite au dernier ouvrage de Badr El-Hage (cartes postales et anciennes photographies : Trablous Al-Cham)


Une réflexion au sujet de « Architecture traditionnelle et urbanisme contemporain dans le monde arabe »

  1. Ping : Tweets that mention Architecture traditionnelle et urbanisme contemporain dans le monde arabe | Rumor -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *