L’agenda domestique du Hezbollah

Iconographie partisane, Université Libanaise, Juin 2010 (c)

Dans le prolongement d’un précédent billet sur le Hezbollah urbaniste, il me semble intéressant de signaler cette contribution de Marlin Dick, journaliste américain basé à Beyrouth, intitulée Hizbullah’s Domestic Growing Pains sur le site Middle East Report Online.

Dans un contexte politique de tensions renouvelées autour de la question du Tribunal International créé pour instruire et juger l’assassinat de Rafik Hariri, alors qu’il est question d’une implication du Hezbollah dans ce crime, cet article contraste avec le ton généralement très critique à l’égard du parti dans la presse internationale. M. Dick s’élève contre la présentation de ce dernier comme un Etat dans l’Etat (« The area’s portrayal as a mini-Islamic republic under absolute Hizballah domination is a caricature »), et s’attache à montrer comment sa participation au gouvernement depuis 2005, et plus largement ses mandats municipaux locaux, le transforment en un parti classique, impliqué dans les tâches gestionnaires où il se distingue de ses concurrents libanais par son efficacité et son professionnalisme. L’auteur fait de la reconstruction réussie (en tout spectaculaire) de Haret Hreik un marqueur de cette transformation tout en soulignant bien l’enjeu de cet investissement en termes de légitimité politique. L’article souligne aussi la contribution du parti à la lutte contre la criminalité dans la banlieue-sud, y compris contre la fraude électrique (voir la polémique récente à ce sujet).

« In November 2009, Hizballah blessed a long overdue clean-up operation, as personnel from the Internal Security Forces (a centralized police force) and various intelligence bodies established a presence in the dahiya to root out the criminals. The party dubbed the campaign al-Nizam min al-Iman (“public order is a part of faith”), and it covered everything from regulating traffic and use of sidewalks to sanitation and discouraging the theft of state electricity supplies via illegal connections to the network. »

L’article évoque très peu la pression militaire qu’excerce le parti et son organisation de type milicien, et encore moins la permanence de son engagement militaire contre Israël (le réarmement, la présence discrète dans la zone de la FINUL) généralement mis en avant par les détracteurs du parti. A cet égard, l’article ne va pas au fond des choses. Pour autant, le regard qu’il porte est original et intéressant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *